PERFORATION

Prononciation : pèr-fo-ra-sion ; en vers, de cinq syllabes
Nature : s. f.

Action de perforer. Terme de diplomatique. Se dit de l'action de percer avec un poinçon des actes accusés de faux, pour signaler la présomption élevée contre eux. Terme de médecine. Ouverture accidentelle dans la continuité des organes, produite par une lésion externe, ou résultant d'une affection interne et sans le concours d'aucune cause vulnérante ; ces dernières perforations dites spontanées s'observent surtout à l'estomac, à l'intestin, au poumon, à la suite de diverses affections. XVIe s.
Puis, s'il est besoin, soit continuée la perforation [trépanation] entiere des deux tables [du crâne] , PARÉ , VIII, 20
Prov. perforacio ; ital. perforazione ; du lat. perforare, perforer.