PERFIDE

Prononciation : pèr-fi-d'
Nature : adj.

1Qui manque de foi.
Ce perfide ennemi de la grandeur romaine , CORN. , Nicom. II, 3
Je crois, en vérité, comme vous, que le roi et la reine d'Angleterre sont bien mieux à Saint-Germain que dans leur perfide royaume , SÉV. , 511
Fabrice renvoya au roi [Pyrrhus] son perfide médecin, qui était venu lui offrir d'empoisonner son maître , BOSSUET , Hist. I, 8
Une femme infidèle, si elle est connue pour telle de la personne intéressée, n'est qu'infidèle ; s'il la croit fidèle, elle est perfide , LA BRUY. , III Être perfide à quelqu'un, lui manquer de foi.
Ceux dont vous observez les discours et les pas, Ou sont vos ennemis ou bien ne le sont pas ; S'ils sont vos ennemis, la passion vous guide ; Si ce sont vos amis, c'est leur être perfide , BOURSAULT , Ésope à la cour, I, 5
Il se dit aussi des choses.
Et me jurer enfin, d'une bouche perfide, Tout ce que tu ne sens que pour ton Atalide , RAC. , Bajaz. V, 4
Le perfide intérêt, l'aveugle jalousie , RAC. , Esth. Prologue.
Ô douleur ! dans ses mains [d'ève] il [Adam] voit les pommes d'or, Et la branche où pendait ce perfide trésor , DELILLE , Parad. perdu, IX
2S. m. et f. Celui, celle qui agit avec perfidie.
Perfide généreux, hâte-toi d'embrasser Deux princes impuissants à te récompenser , CORN. , Héracl. v, 8
Je lui donne ma fille et tout le bien que j'ai ; Et, dans le même temps, le perfide, l'infâme Tente le noir dessein de suborner ma femme , MOL. , Tart. v, 3
En vous nommant à moi la perfide a tremblé , VOLT. , Adél. du Guesclin. II, 7 Familièrement. Un petit perfide, un homme qu'on accuse d'une petite perfidie.
Est-il possible que Le Brun, qui m'adressait de si belles odes pour m'engager à prendre Mlle Corneille, et m'envoie souvent de si jolis vers, ne soit qu'un petit perfide ? , VOLT. , Lett. Damilaville, 24 janv. 1763
Lat. perfidus, de per, indiquant transgression, et fides, la foi (voy. FOI).