PERDITION

Prononciation : per-di-sion ; en vers, de quatre syllabes
Nature : s. f.

1Action de perdre, de ruiner.
Que ceux qui tyrannisent votre peuple, tombent dans la perdition ! , SACI , Bible, Ecclésiastiq. XXXVI, 11 La perdition du Rhône, le lieu où le Rhône se perd. Terme de marine. Être en perdition, être en danger de se jeter à la côte, en danger de naufrage.
Les coups de canon me firent frémir ; je ne pouvais douter qu'ils ne fussent les signaux de détresse d'un vaisseau en perdition , BERN. DE ST-P. , Paul et Virg.
2Action de perdre, de dissiper. Tout son bien s'en va en perdition. 3État d'une personne qui est hors de la croyance de l'Église et de la voie du salut.
Il conduit l'homme dans la voie de perdition , PASC. , Juifs, 31, éd. FAUGÈRE.
Dans le chemin large et spacieux qui mène à la perdition , BOURDAL. , Sévérité évang. 2e avent, p. 425 Dans l'Écriture sainte, le fils de perdition, Judas ; l'enfant de perdition, l'Antechrist. Fig. Enfant de perdition, homme qui se perd et perd les autres.
Vous en avez menti, enfant d'Escobar et de perdition, vous prêchez ici l'erreur et le mensonge , VOLT. , Dial. X
Fig. et familièrement. Lieu de perdition, lieu où l'on ne peut vivre, où tout va mal.
S'il est possible d'achever, dans cette terre de perdition, le monument [l'Encyclopédie] que nous avions commencé d'élever à la gloire des lettres , D'ALEMB. , Lettr. à Voltaire, 8 fév. 1757
Après nous être arrêtés dans un lieu de perdition et d'ennui tel que l'opéra , GRIMM , Corresp. t. I, p. 125
XIe s.
Guene est turnet à perdiciun grant , Ch. de Rol. CCXCI
XIIIe s.
Prelaz, li tiens estas est de perfecion ; Venial vice en toi te sunt perdicion , J. DE MEUNG , Test. 586
XIVe s.
Ahi ! Gaufrois, dist-il, quelle perdition T'avient à che jourd'hui, et grant confusion ! , Baud. de Seb. IX, 183
XVe s.
Temps sans cremeur [crainte], temps de perdicion, Aage tricheur, tout va desloiaument , E. DESCH. , Du temps présent.
Les capitaines ne vouloient hazarder ceste compagnie, craignant que, s'ils la perdoient, ce ne fut la perdition du roy , COMM. , III, 4
XVIe s.
La langue est aucunes fois vulnerée, avecques perdition de substance , PARÉ , VIII, 28
Provenç. perdicio ; espagn. perdicion ; ital. perdizione ; du lat. perditionem, de perditum, supin de perdere, perdre. PERDITION. Ajoutez : 4Il s'est dit pour perte de quelque objet.
Je ne plains point les endroits [d'un ouvrage] qui se perdront ; et, quand tout le livre périrait, je me consolerais aisément de sa perdition, pourvu que je ne fusse point obligé d'en faire un autre , BALZAC , Lett. inédites, CXXII, éd. Tamizey-Larroque