PERCEVOIR

Prononciation : per-ce-voir
Nature : v. a.

1Recueillir un produit, des revenus.
Solon distribua les citoyens de l'Attique en quatre classes : on était inscrit dans la première, dans la seconde, dans la troisième, suivant qu'on percevait de son héritage cinq cents, trois cents, deux cents mesures de blé ou d'huile , BARTHÉL. , Anach. Introd. part. 2e, sect. 1 Fig.
La mort d'un ennemi ne fut pas le seul avantage que Tarquin perçut de son crime , LE P. CATROU , dans DESFONTAINES
2Recevoir, recueillir les impôts.
Les tailles et les aides, dans lesquelles je comprends les douanes provinciales, étant ainsi converties en dîme du vingtième des fruits de la terre à percevoir en espèces.... , VAUBAN , Dîme, p. 66
La manière tyrannique dont le revenu public est perçu , RAYNAL , Hist. phil. XIII, 57
3Terme de philosophie. Recevoir l'impression des objets, éprouver une sensation ; concevoir l'idée qu'elle éveille.
Lorsque nous avons eu souvent la perception d'un rapport quelconque, nous percevons le même rapport avec une facilité inconcevable, toutes les fois qu'il se représente à nous , DESTUTT-TRACY , Instit. Mém. scienc. mor. et polit. t. I, p. 440
XIIe s.
Qu'on ne s'en [de mon amour] puist percevoir , Couci, XI
Tost [ils] auront perçeü l'engin de felonie , Sax. X
XIIIe s.
Uns chevaliers de Helmes qui Lyenars avoit nom.... perchut l'orgueil et le beubant qui iert [était] en eulx , H. DE VALENC. , 11
XVe s.
Le chevalier perçut bien l'affection qu'ils avoient aux Anglois.... , FROISS. , I, I, 234
XVIe s.
La volupté mesme et le bonheur ne se perçoivent point sans vigueur et sans esprit , MONT. , I, 329
Provenç. percebre ; espagn. percebir ; portug. perceber ; du lat. percipere, de per, et cipere pour capere, prendre. Le provençal percebre représente exactement le latin percipere, avec l'accent sur ci ; le français percevoir représente une forme allongée.