PENSIONNAIRE

Prononciation : pan-si-o-nê-r'
Nature : s. m. et f.

1Celui ou celle qui reçoit une pension d'un État, d'un prince, d'un particulier.
Les pensionnaires qu'il [Philippe de Macédoine] avait dans Athènes firent leur devoir : ces langues vénales eurent soin de.... , ROLLIN , Hist. anc. Oeuv. t. VI, p. 77, dans POUGENS
La faction des seize, pensionnaire de Philippe II , VOLT. , Moeurs, 174
Louis XII avait un roi de Naples suivant sa cour et son pensionnaire , VOLT. , Moeurs, 110 Par plaisanterie. Un pensionnaire du roi, un homme détenu en prison.
2Élève de peinture, de sculpture ou d'architecture, entretenu à Rome par le gouvernement pour se perfectionner. 3Comédien pensionnaire, ou, simplement, pensionnaire, comédien qui ne participe point aux bénéfices de la société et qui reçoit un traitement fixe ; cela ne se dit qu'en parlant du Théâtre Français. Les pensionnaires du Théâtre-Français. 4En matière bénéficiale, celui qui jouit d'une pension sur un bénéfice. 5Titre donné autrefois, dans l'académie des sciences, à certains membres.
Les membres de l'ancienne académie des sciences depuis le règlement de 1699 étaient de quatre sortes : honoraires, pensionnaires, associés et élèves ; les pensionnaires étaient les véritables académiciens , ALF. MAURY , L'anc. académie des sciences, p. 42
Lorsque l'Académie, voulant honorer le génie d'un de ses membres moins ancien que lui, donna le titre de pensionnaire surnuméraire à M. d'Alembert , CONDORCET , Montigni.
6Titre qu'on donnait en Hollande au premier ministre des états, ainsi qu'au ministre de la régence de chaque ville ; leur nom vient de la pension ou des appointements réglés qu'on leur donnait.
Nous rencontrâmes [à Amsterdam] le pensionnaire à pied, sans laquais, au milieu de la populace : on ne voit là personne qui ait de cour à faire , VOLT. , Lett. à Mme de Bernières, 7 oct. 1722
Le célèbre Heinsius, pensionnaire de Hollande et le plus terrible ennemi qu'ait eu la France , DUCLOS , Oeuv. t. VI, p. 62
7Celui ou celle qui paie une pension pour être logé et nourri. Demi-pensionnaire, celui qui n'est dans une pension bourgeoise que pour le dîner. 8Élève à demeure dans une maison d'éducation.
Je sortais du couvent avec toute l'innocence d'une pensionnaire qui n'a pu connaître le monde , GENLIS , Mlle de la Fayette, p. 137, dans POUGENS Demi-pensionnaire, élève qui prend un ou deux repas avec les pensionnaires, mais qui ne couche pas dans la maison.
XVe s.
Et me y avoit envoyé le roy avec les pensionnaires de sa maison [gardes, satellites], et fut la premiere fois que il bailla chief aus ditz pensionnaires , COMM. , VI, 4
Le suppliant se mit à pension avecques ung nommé le Desert.... et après qu'il eust esté par certain temps son pensionnier , DU CANGE , pensionatus.
Je parleray pour la pucelle au cercle d'or, à qui je suis ami et pensionnaire, et pour ce aussi qu'elle a droicte et juste cause , Perceforest, t. VI, f° 8
XVIe s.
Les quatre cents archers de la garde et les cent Allemands du roy feurent armez, les gentilshommes à cheval et les archers à pied, tous joignant le logis du roy avec plusieurs de ses princes et pensionnaires [sortes de gardes du roi] , J. D'AUTON , Annales de Louis XII, p. 168, dans LACURNE
Pension. PENSIONNAIRE. - HIST. Ajoutez : XIVe s.
Mises [dépenses] pour pencionniers de ceste anée presente [à Abbeville] , Rec. des manusc. inédits de l'hist. du tiers état, t. IV, p. 158