PENDULE

Prononciation : pan-du-l'
Nature : s. m.

1Corps pesant suspendu à l'extrémité inférieure d'un fil ou d'une verge métallique, dont l'autre bout est attaché à un point fixe autour duquel le système peut osciller.
Par de là le cercle polaire il faut allonger le pendule pour avoir les mêmes oscillations qu'à Paris , VOLT. , Phil. Newt. III, 9
On doit à Huyghens sinon la première invention des horloges à pendules, du moins les vrais principes, qu'il déduisit d'une géométrie sublime , VOLT. , Louis XIV, 31
Tout le monde sait qu'un pendule, lorsqu'il est arrivé à son point de repos, passe au delà en vertu de la vitesse qu'il a acquise, pour retomber ensuite de nouveau , D'ALEMB. , Cause génér. des vents, Oeuv. t. XIV, p. 21, dans POUGENS.
La longueur du pendule qui bat les secondes sous l'équateur, a toutes les conditions nécessaires pour être l'étalon universel des mesure géométriques , BUFF. , Ess. arith. mor. Oeuvr. t. X, p. 190
Le mouvement des lampes suspendues à la voûte d'une église fit trouver le pendule à Galilée, et lui apprit son isochronisme , SENNEBIER , Ess. sur l'art d'observ. t. I, p. 296, dans POUGENS.
Huyghens se rappela que Galilée avait employé le pendule à la mesure du temps ; mais le pendule ne servait alors que pour de petits intervalles , BAILLY , Hist. astr. mod. t. II, p. 258
Huyghens... pensa que, pour compter les vibrations, il suffisait d'adapter au pendule un rouage qui portât des aiguilles et qui marquât sur un cadran le nombre des vibrations accomplies , BAILLY , ib. t. II, p. 249
Huyghens a déterminé qu'en donnant au pendule une longueur de trois pieds huit lignes et demie, il ferait 60 vibrations par minute, 3,600 par heure, et 86,400 par jour , BAILLY , ib. t. II, p. 284
L'application du pendule aux horloges est un des plus beaux présents que l'on ait faits à l'astronomie et à la géographie , LAPLACE , Expos. V, 4 Pendule simple, pendule mathématique, consistant en un simple point matériel suspendu à un fil sans pesanteur. Pendule composé, le pendule ordinaire. Pendule à pirouette, celui qui décrit un cône.
2Terme d'artillerie. Instrument employé pour mesurer la vitesse des projectiles. Il y en a deux espèces : le pendule à fusil, qui sert à déterminer la vitesse des balles, comprend : le fusil pendule qui porte l'arme, et le pendule balistique qui porte le récepteur dans lequel se loge la balle ; le pendule à canon, qui sert à déterminer la vitesse des boulets, comprend : le canon pendule qui porte le canon, et le pendule balistique qui porte le recepteur dans lequel se loge le boulet. Lat. pendulus, qui pend, de pendere pendre (voy. PENDRE). 1. PENDULE. 2Terme d'artillerie. Ajoutez : Pendule électro-balistique, appareil fondé sur l'emploi de l'électricité et employé au même usage. 1Horloge portative qu'on place sur une cheminée, sur un meuble, ou qu'on attache à la muraille ; elle est à poids ou à ressort, on y joint un pendule dont les oscillations servent à en régler le mouvement.
M. Boucherat me contait l'autre jour qu'un curé avait reçu devant ses paroissiens [Bretons] une pendule qu'on lui envoyait de France (car c'est ainsi qu'ils disent) ; ils se mirent tous à crier en leur langage que c'était la gabelle , SÉV. , 197
Je regardais ma pendule, et prenais plaisir à penser : voilà comme on est quand on souhaite que cette aiguille marche ; et cependant elle tourne sans qu'on la voie, et tout arrive à la fin , SÉV. , 440
2La boîte dans laquelle sont placés le mouvement et le cadran. Une pendule de Boule.
Vous avez de belles pendules ; c'est encore une invention du Hollandais Huyghens , VOLT. , Facéties, Discours aux Velches Pendule de bronze doré, de marbre, etc. pendule dont la boîte est de bronze doré, de marbre, etc.
PENDULE, HORLOGE. L'horloge est tout mécanisme qui marque l'heure ; la clepsydre est une horloge. La pendule est une horloge qui va au moyen d'un pendule. Pendule 1. 2. PENDULE. Ajoutez : 3Prêt à la pendule, s'est dit de prêts qui se faisaient durant le système de Law.
Chez les banquiers de la rue Quincampoix, les courtiers se procurent de l'argent à 2 pour 100 par heure ; c'est ce qu'on appelle les prêts à la pendule , H. BABOU , Journ. offic. 19 mai 1875, p. 3528, 1re col.