PENDABLE

Prononciation : pan-da-bl'
Nature : adj.

1Qui mérite d'être pendu.
Je soutiendrai toujours, morbleu ! qu'ils [des vers] sont mauvais, Et qu'un homme est pendable après les avoir faits , MOL. , Mis. II, 7
L'abbé Dubois, plus pendable encore que Law, sentait qu'il pouvait devenir la seconde victime du public , DUCLOS , Oeuvr. t. V, p. 345
2Qui entraîne la peine du gibet.
La polygamie est un cas, Est un cas pendable , MOL. , Pourc. II, 13 Familièrement. Tour pendable, méchanceté insigne.
Il [le serpent] passe, dans un pays voisin, pour avoir joué un tour pendable aux femmes , VOLT. , Taureau blanc, ch. 3
Le cas n'est pas pendable, il n'y a pas lieu de beaucoup blâmer.
Pour moi je ne vois point que le cas soit pendable , MOL. , Mis. I, 1
XIIIe s.
Aucune gens quident [pensent] que cil qui sunt pris, en present meffet, emblant connins ou autres grosses bestes savages en autrui garennes anciennes, ne soient pas pendavle , BEAUMANOIR , XXX, 105
XVIe s.
Il n'est homme de bien qui ne soit pendable dix fois en sa vie , MONT. , IV, 130
Pendre.