PEINER

Prononciation : pè-né
Nature : v. a.

1Causer de la fatigue. Ce travail vous peinera beaucoup.
Comment, en faisant le monde par sa parole, il [Dieu] montre que rien ne le peine , BOSSUET , Hist. II, 1
2Causer du chagrin, de l'inquiétude.
Le soulagement de quelque chose qui vous peine , SÉV. , 202
Cet objection ne peine pas plus l'auteur que la première , Mém. de Trév. 1725
3Faire avec difficulté (peu usité en ce sens). Ce peintre peine beaucoup ses ouvrages. 4V. n. Se fatiguer à.
Nous suons, nous peinons comme bêtes de somme , LA FONT. , Fabl. III, 2
Le cerveau peine en ceux qui n'ont pas acquis cette heureuse immobilité [l'immobilité de l'âme dans l'attention] , BOSSUET , Conn. de Dieu, III, 18
M. de Leibnitz peinait quelquefois à parler , FONTEN. , Leibnitz.
Le régent avait la vue fort basse, elle peinait surtout en écrivant , SAINT-SIMON , 505, 143 Il se dit de poutres chargées d'un fardeau trop pesant. Cette solive peine trop pour résister longtemps.
5Éprouver du déplaisir. On peine à l'entendre. Répugner à. Il peine à punir. Impersonnellement. Il me peine de vous faire faire cette besogne. 6Se peiner, v. réfl. Se tourmenter.
Pourquoi d'âme et de corps faut-il que je me peine ? , RÉGNIER , Sat. XVI
Il faut se trop peiner pour avoir de l'esprit , MOL. , Fem. sav. III, 6
L'honnête homme est celui qui s'est peiné à n'avoir que de la vertu , LA BRUY. , XII
Pour des bienséances [à la mort de Monsieur] Mme de Maintenon ne s'en peina pas , SAINT-SIMON , 93, 227
Xe s.
Jonas propheta habebat mult laboret et mult penet à cel populum , Fragm. de Valenc. p. 468
XIe s.
Dis e set ans, n'en fut nient à dire, Penat sun cors el damne Deu service [au service du Seigneur Dieu] , St-Alexis, XXXIII
XIIe s.
De ceste amour qui tant me fait pener , Couci, x
.... Moult nous doit enuyer Que tant nous veut cist rois pener et travaillier , Sax. XVI
Les eises de sun cors fuï e esluigna, E el servise Deu jor et nuit se pena , Th. mart. 93
XIIIe s.
Por ce se devroit chascun pener de savoir la [la rhétorique], se sa nature li sueffre et li aide , BRUN. LATINI , Trés. p. 9
Il [l'avocat] doit estre paiés selonc ce qu'il avoit pené, ains qu'il connust le [la] querele à malvese , BEAUMANOIR , V, 12
XVe s.
Et prioit moult gracieusement que chacun se penast de bien faire la besogne [Édouard III à son armée] , FROISS. , I, I, 41
XVIe s.
D'abandonner du tout mes affaires il m'est très facile ; de m'y prendre sans m'en peiner, très difficile , MONT. , IV, 72
Il y a plus de quarante ans que je travaille et me peine à l'esclaircissement et perfection de la chirurgie , PARÉ , Dédic.
Peine ; provenç. et espagn. penar ; ital. penare.