PAYSAN, SANNE

Prononciation : pè-yi-zan, za-n'
Nature : s. m. et f.

1Homme, femme de campagne. Un riche paysan. Une bonne paysanne.
Un paysan son seigneur offensa ; L'histoire dit que c'était bagatelle ; Et toutefois ce seigneur le tança Fort rudement ; ce n'est chose nouvelle , LA FONT. , Paysan.
Je n'avais point de connaissance, point d'autre métier que celui de paysan ; je savais parfaitement semer, labourer la terre, tailler la vigne, et voilà tout , MARIVAUX , Pays. parv. part. 1
Là [en Pologne], le paysan ne sème point pour lui, mais pour des seigneurs à qui lui, son champ et le travail de ses mains appartiennent , VOLT. , Charles XII, 2
Un paysan, non de France, où l'on prétend qu'il faut les faire mourir de misère, afin qu'ils nous fassent vivre , J. J. ROUSS. , Lett. à Voltaire, Corresp. t. III, p. 225, dans POUGENS.
C'est sur l'état du paysan que je juge d'un gouvernement, que je n'ai ni le temps ni le moyen de connaître , DUCLOS , Voy. Italie, Oeuvr. t. VII, p. 35 Guerre des paysans, soulèvement des paysans contre les nobles qui éclata, à la suite de la réforme religieuse, dans la Souabe, la Thuringe et la Franconie. C'est un paysan, un gros paysan, il a l'air d'un paysan, d'un franc paysan, c'est un homme rustre, impoli. À la paysanne, loc. adv. À la mode de la campagne. Un bonnet à la paysanne.
2S. f. Paysanne, espèce de danse. 3Adj. Qui appartient aux paysans.
C'est une assez méchante engeance que la race paysanne , DANCOURT , Vacances, SC. 2
Je suis né pauvre et paysan, destiné par mon état à cultiver la terre , J. J. ROUSS. , Ém. IV
Il faut acheter son blé d'un paysan et son vin d'un bourgeois, parce que le paysan vend toujours le plus beau de son blé, et que le bourgeois a toujours une meilleure cave que le paysan. C'est toujours le paysan qui paye, proverbe d'allusion aux impôts de l'ancien régime. On prononce dans quelques provinces pèzan, en deux syllabes.
Cette prononciation, qui n'est plus qu'un provincialisme, était, au XVIIe siècle, reçue à côté de l'autre : Que le paysan recueille, emplissant à milliers Greniers, granges, chartis, et caves et celliers , RÉGNIER , Sat. X
Et la bonne paysanne, apprenant mon désir , MOL. , Éc. des femmes, I, 1
XIIe s.
N'avoit homme ou [au] pays si os [hardi], Ne bachelier ne païsant, Tant orgueilloux ne tant vaillant, Qui s'osast au jaiant [géant] combatre , Brut, ms. f° 86, dans LACURNE
XIIIe s.
Li paisant de la terre les assaillirent, et ocistrent tous, fors quatre, sans plus, qui s'en retornerent à l'ost , VILLEH. , LIV
Emmi sa voie [elle] encontre un païsan vilain , Berte, LXXIII
Et s'il se presente à ceval et armés comme gentix hons, et li païsans qu'il apela se presente à pié comme campions, li gentix hons en a le pieur [le pire] , BEAUMANOIR , LXIV, 2
XVe s.
Pour quoi veult estre un païsant à un noble homme ressemblant ? , E. DESCH. , Poésies mss. f° 519
À la longue n'est nulles des grandes [nations] dont le pays à la fin ne demeure aux paisans [aux nationaux, par opposition aux étrangers, à propos des mariages des princesses héritières] , COMM. , VI, 2
XVIe s.
Veer surprit le fort qui estoit de l'autre costé de Zutphen par des soldats deguisez en païsandes [paysannes] , D'AUB. , Hist. III, 318
Dieu mit des coeurs de rois aux seins des artisans, Et aux cerveaux des rois des esprits de paisans , D'AUB. , Tragiques, éd. LALANNE, p. 175
Pays : Berry, paisan (de deux syllabes) ; bourg. poysan ; espagn. paisano ; ital. paesano. Dans l'historique, paysan a parfois le sens de gens du pays, qui est le sens primitif. PAYSAN. 3Ajoutez :
Chanter une chanson paysanne comme un ivrogne , D'ESPEISSE , (avocat et jurisconsulte à Montpellier), Oeuvres, t. II, p. 227, Lyon, 1666