PAVER

Prononciation : pa-vé
Nature : v. a.

Couvrir avec du grès, de la pierre dure, du caillou, etc. le sol d'une cour, d'une rue.
Il [Salomon] fit paver le temple d'un marbre très précieux dont les compartiments faisaient un très grand ornement , SACI , Bible, Paralip. II, III, 6
Pierre, qui a tout fait, a eu soin de Moscou, en construisant Pétersbourg : il l'a fait paver, il l'a orné et enrichi par des édifices, par des manufactures , VOLT. , Russie, I, 1 Absolument. On pave dans cette rue. Paver à sec, paver sans chaux et sans mortier, sur le sable seul. Paver à bain de mortier, mastiquer le pavé avec de la chaux et du ciment. Fig.
Tu passes comme un foudre en la terre flamande, D'Espagnols abattus la campagne pavant , MALH. , II, 6
XIIe s.
Li quens [le comte] Ibers à la barbe meslée Ert [était] as fenestres de la sale pavée , Raoul de C. 72
XIIIe s.
Sepultures leur pavent leur cloistre et leur eglise De mainte bele tumbe polie, blanche et bise , J. DE MEUNG , Test. 1077
XIVe s.
Cil chemin a nom diligence ; Pavés est de perseverance , J. BRUYANT , dans Ménagier, t. II, p. 17
Génev. pavir ; du lat. pavire ; comparez le grec, frapper.