PAUVRET, ETTE

Prononciation : pô-vrè, vrè-t'
Nature : s. m. et f.

Terme familier de commisération, d'affection.
Et l'embraser d'amour si vive, Que la pauvrette ne pourrait, Quand Junon lui commanderait, Faire du mal au sieur Énée , SCARR. , Virg. I
Le pauvret serait de ton âge , SCARR. , ib. III
Un milan, qui dans l'air planait, faisait la ronde, Voit d'en haut le pauvret se débattant sur l'onde , LA FONT. , Fabl. IV, 11
Peu s'en faut que d'amour la pauvrette ne meure , MOL. , l'Ét. I, 6
XIVe s.
Girars, pour gaaignier leur très povrete vie, Se mit à ung mestier qu'il n'avoit apris mie , Girart de Ross. V. 2329
XVe s. ....Or je vois savoir Au povret qu'il me vouldra dire, Et s'il me sçaura point instruire, Patelin, 1378. XVIe s.
Nous n'aurons jamais assez bafoué l'impudence de cet accouplage [dire que l'univers a été fait pour l'homme] ; mais, pauvret, qu'a il en soy digne d'un tel adventage ? , MONT. , II, 153
Diminutif de pauvre ; provenç. pauret ; catal. pobret ; espagn. pobrete ; ital. poveretto.