PATROUILLER

Prononciation : pa-trou-llé, ll mouillées, et non pa-trou-yé
Nature : v. n.

1Marcher, s'agiter dans de l'eau bourbeuse.
Ils patrouillèrent dans les crottes , SCARR. , Virg. IV
Elle entra dans la mare avec sa femme de chambre, et, y patrouillant de côté et d'autre, elle satisfit pleinement son envie , DU CERCEAU , Poés. sur la nouvelle Eve Fig.
Il [Mirabeau le fils] étonne ceux-là même qui ont rôti le balai à Versailles ; je n'ai pas du tout l'intention qu'il y vive ou qu'il y fasse, comme les autres, métier d'arracher ou dérober sa subsistance au roi, de patrouiller dans les fanges de l'intrigue , LE MARQUIS DE MIRABEAU , dans CH. NISARD, Conjectures étymologigues, Revue de l'Instruction publique, 20 sept. 1860
Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.
2V. a. Manier malproprement. XVe s.
Le bon homme s'en va souper ; on luy apporte de la viande froide qui... est le demourant des matrones, qu'elles ont patrouillé à la journée en beuvant, Dieu scet comment , Les quinze joies de mariaige, p. 26
Helas ! il n'y a gueres que je suis accouchée ; et il vous tarde bien que je sois jà à patrouiller par la meson , ib. p. 27
XVIe s.
Il mourvoyt dedans sa soupe, et patrouilloyt par tous lieux , RAB. , Garg. I, 11
Picard, patrouiller, marcher dans la boue, agiter l'eau ; champen. platrouiller. C'est le même que patouiller, avec insertion d'une r. Terme familier. Aller en patrouille.
Les Suisses étaient chargés à Versailles, quand il faisait beau, dans les cours et jardins, de patrouiller , SAINT-SIMON , 151, 206 Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.
Patrouiller, c'est-à-dire piétiner, même sens originel que le précédent.