PATHOS

Prononciation : pa-tos'
Nature : s. m.

1Terme de rhétorique. Mouvements, figures propres à toucher fortement l'âme des auditeurs. Les rhéteurs opposent le pathos à l'ithos.
On voit partout chez vous l'ithos et le pathos , MOL. , F. sav. III, 5
À propos de conseil, savez-vous que je crois le mémoire de Mariette le meilleur de tous pour instruire les juges ? les autres ont plus d'ithos et de pathos, mais celui-là va au fait plus judiciairement , VOLT. , Lett. d'Argental, 23 janv. 1763
2Style où une émotion vraie ou factice se déguise sous une emphase déplacée, sous une chaleur affectée.
C'est un pathos très puéril que fait ici le cardinal de Bouillon , SAINT-SIMON , 279, 27
Je voudrais que les avocats de la famille infortunée des Calas eussent mis dans leurs mémoires moins de pathos et plus de pathétique , D'ALEMB. , Lett. à Voltaire, 12 fév. 1763
Ils se sont concertés pour me faire une scène de pathos , TH. LECLERCQ , Prov. t. III, p. 166, dans POUGENS
Le pathos de ses descriptions a nui à son autorité comme voyageur ; mais c'est justice de dire que la vérité manque plus à son style qu'à son récit , CHATEAUBR. , Itin. 6e partie.
Du grec, souffrance, et, par suite, passion, du grec, souffrir, forme inchoative du radical grec qui a produit, et qui est le même que le lat. pati (voy. PÂTIR).