PATER

Prononciation : pa-tèr'
Nature : s. m.

1Oraison dominicale (avec un P majuscule). Dire son Pater. Dire cinq Pater et cinq Avé, répéter cinq fois de suite l'oraison dominicale et la salutation angélique. Familièrement. Savoir une chose comme son Pater, la savoir très bien par coeur. Fig. Il ne sait pas son Pater, il est très ignorant. Broussin, dès l'âge le plus tendre, Inventa la sauce Robert ; Mais jamais il ne put apprendre Ni son credo ni son Pater, Vers cités par Voltaire. Il n'a pas dit un Pater, il n'est pas dévot. On dit aussi Pater noster.
On ne rit point quand on manque de pain ; c'est là l'essentiel, et le Pater noster commence par là, ce qui est, à mon avis, fort sensé , VOLT. , Lett. Veymerange, 25 fév. 1770
2Durée d'un Pater.
Charost fut plus de trois ou quatre Pater à se remettre , SAINT-SIMON , 56, 194
3Gros grains d'un chapelet sur lesquels on dit le Pater.
Les Pater de son chapelet sont en émeraude , Dict. de l'Acad. Au plur. Des Pater.
4Pater noster, nom vulgaire de la canne de l'Inde, dont les grains servent à faire des chapelets ou rosaires. On donne le même nom, à Saint-Domingue, à certaines graines employées au même usage. 5Pater, nom que, dans quelques provinces, on donnait au curé. Le Pater de Bourganeuf, Trévoux. Par plaisanterie, un moine.
Le secret même encor se répéta Par le Pater , LA FONT. , Comment l'esprit.
Lat. pater, père, premier mot de l'oraison dominicale. Coller des cuirs ensemble avec une espèce de colle qu'on appelle pâte. On trouve aussi pâter en termes de vénerie ; mais c'est une faute pour patter. Pâte.