PASTEL

Prononciation : pa-stèl
Nature : s. m.

1Nom donné à des crayons composés de différentes couleurs broyées et réduites en pâte avec de l'eau de gomme ; peindre en pastel, c'est peindre avec ces couleurs, qu'on mêle suivant les diverses teintes qu'on veut faire. Pastel en poudre d'écarlate, le cent pesant estimé à dix livres, Déclar. du roi, nov. 1640, tarif. Dans la peinture au pastel, les crayons font l'office des pinceaux ; le nom de pastel qu'on a donné à cette sorte de peinture, vient de ce que les crayons dont on se sert sont faits avec des pâtes de différentes couleurs, Dict. des arts et mét. Peintre.
Là je trouvai le célèbre Ramon Latour, le plus célèbre peintre en pastel que nous ayons eu , MARMONTEL , Mém. IV
2Se dit d'un tableau peint au pastel. Un beau pastel. Les pastels de la Rosalba. Ital. pastello, du lat. pastillus, petit gâteau (voy. PASTILLE). 1Nom de l'isatis tinctoria, Linné, plante crucifère contenant de l'indigotine, et aussi appelée guède ou vouède.
Le mauvais, qui est un pastel bâtard, qu'on nomme pastel bourg ou bourdaigne, a la feuille velue , Instruct. gén. pour la teinture, 18 mars 1671, art. 265
Autrefois on cultivait plus abondamment le pastel qu'aujourd'hui ; avant la découverte de l'Amérique, elle était la seule plante dont on pût obtenir une teinture bleue solide , GENLIS , Maison rust. t. III, p. 143, dans POUGENS
2Nom donné à la substance bleue qu'on en retire.
Le pastel est une pâte bleue faite par la putréfaction et la réduction en espèce de fumier des tiges hachées de l'isatis tinctoria, ou de l'isatis lusitanica, de Linné , FOURCROY , Connais. chim. t. VIII, p. 68, dans POUGENS
On dit que les boules de pastel qu'on appela dans quelques endroits florée et cocagne, augmentent toujours en qualité pendant l'espace de dix ans , GENLIS , Maison rust. t. III, p. 150, dans POUGENS
3Orangé-pastel, sorte de couleur orangée, qui tire un peu plus sur le brun que l'orangé ordinaire. XVIe s.
Naturellement sans moien le pastel fait la couleur bleue, et, par meslange avec d'autres drogues, la noire, la tanée, la violette, la grize, la verte , O. DE SERRES , 735
Voy. le précédent. La guède fut nommée pastel, parce qu'on en faisait de petits gâteaux (pastillus).