PARTITION

Prononciation : par-ti-sion ; en vers, de quatre syllabes
Nature : s. f.

1Action de diviser, de partager. Terme de physique. Partition du baromètre, division que l'on a faite en sept parties, entre le plus haut et le plus bas degré du mercure pour marquer les variations de l'atmosphère. Partitions simples, celles qui le divisent en parties égales. Partitions composées, celles qui forment des compartiments inégaux. Terme de blason. Partition de l'écu, se dit pour division. Ancien terme d'arithmétique. Nom de la division. 2En botanique, action de se diviser, de se partager. La partition caulinaire ou de la tige. Se dit de chacune des divisions d'une feuille quand ces divisions sont seulement réunies par la base. 3Action de partager un ensemble, un discours en parties.
Il semble à les voir [les prédicateurs] s'opiniâtrer à cet usage [la division en trois points], que la grâce de la conversion soit attachée à ces énormes partitions , LA BRUY. , XV
Nous venons de voir que la première division des acides et des alcalis en minéraux, végétaux et animaux est plutôt une partition nominale qu'une division réelle , BUFF. , Min. t. III, p. 224
4Terme de grammaire ancienne. Sorte d'exercice répondant à ce que nous appelons aujourd'hui analyse, mais qui se faisait le plus souvent par demandes et par réponses. Les partitions des douze vers de Virgile qui commencent les douze chants de l'Énéide, analyse grammaticale très développée de ces douze vers, faite par Priscien. Les Partitions oratoires, titre d'un ouvrage de Cicéron, sorte d'analyse des principes de l'art oratoire.
Les Partitions oratoires sont une très bonne rhétorique, donnée par divisions et subdivisions des matières (ce qui est la raison du titre), d'un style fort simple, mais clair, succinct et élégant , ROLLIN , Hist. anc. t. XI, 2e part. p. 690, dans POUGENS
5Ancien terme de logique. Alternative, en parlant d'un dilemme. Dans ce dilemme, la proposition qui doit contenir la partition est sous-entendue, Port-Royal, Log. 3e part. ch. 15. 6Terme de musique. Le recueil des parties d'un opéra, d'une symphonie, etc. superposées les unes au-dessus des autres.
Les voix et les instruments sont disposés dans la partition selon leur degré d'élévation ou de gravité, les plus aigus aux lignes supérieures, les moyens au milieu, et les plus graves aux lignes inférieures , FÉTIS , Dict. de musique. Grande partition, celle qui contient toutes les parties de chant et d'orchestre ; partition abrégée, celle qui ne contient que les parties de chant, le quatuor ou le quintette d'instruments à cordes, et les rentrées d'instruments à vent ; partition de chant, celle qui ne renferme que les parties de chant et une simple réduction de l'orchestre au piano. Par extension, se prend souvent pour l'oeuvre même. Hérold est auteur de plusieurs partitions remarquables.
7La règle dont les accordeurs d'orgue, de clavecin, de piano, etc. se servent pour accorder ces instruments. Il y a différents systèmes de partitions. XIIe s.
De son avoir aurez grant partison , Ronc. p. 21
XIIIe s.
Ysengrin, or venez avant, Si festes ceste partisson ; Trop i auroit grant mesprison, Se chascun n'en avoit sa part , Ren. 6057
XIVe s.
Faire telle partition , ORESME , Thèse de MEUNIER.
XVIe s.
Ses prefaces, definitions, partitions, etymologies consument la plus part de son ouvrage , MONT. , II, 106
Provenç. particio, partizo ; espagn. particion ; ital. partizione ; du lat. partitionem, de partiri, partir, partager.