PARTISAN

Prononciation : par-ti-zan
Nature : s. m.

1Celui qui est attaché à une personne, à un parti.
Combien le prince a-t-il d'aveugles partisans ? , CORN. , Nicom. IV, 1
Gilotin en gémit, et, sortant, de fureur, Chez tous ses partisans va semer la terreur , BOILEAU , Lutr. I
Je soupçonne et Ménas et Lélie, Les partisans des rois et de la tyrannie , VOLT. , Brut. IV, 7
Les lullistes appellent les partisans de Rameau les ramoneurs , VOLT. , Lett. en vers et en prose, 53
Un petit partisan de Locke était là tout près , VOLT. , Micromégas, 7
Boursault avait des partisans qui le préféraient à Molière , MARMONTEL , Oeuv. t. IV, p. 407 Au féminin. Partisane, celle qui est attachée au parti de quelqu'un, qui en prend la défense.
Elle [Mme du Chatelet] vous rendait bien justice ; vous n'aviez point de partisane plus sincère , VOLT. , Lett. Mme du Bocage, 12 oct. 1749
Fig.
L'éclat de mes hauts faits fut mon seul partisan , CORN. , Cid, I, 6
Là [sur le théâtre], content du succès que le mérite donne, Par d'illustres avis je n'éblouis personne, Je satisfais ensemble et peuple et courtisans, Et mes vers en tout lieu sont mes seuls partisans , CORN. , Excuse à Ariste.
2Il se dit de ceux qui ont de l'attachement pour quelque chose.
Et tout ce que la gloire a de vrais partisans Le hait [Auguste] trop puissamment pour aimer ses présents , CORN. , Cinna, II, 2
L'ouvrage le plus plat a, chez les courtisans, De tout temps rencontré de zélés partisans , BOILEAU , Art p. I
Partisans du plaisir, et néanmoins sectateurs de la vertu, voilà les justes du monde, ces héros d'honneur et de probité qu'il fait tant valoir , MASS. , Pet. car. Fausse gloire hum.
Ce qu'on pourrait faire peut-être de plus glorieux pour elle [l'Encyclopédie], ce serait la liste de ses partisans et de ses adversaires , D'ALEMB. , Encyclop. 3e vol. Préface
3Officier de troupes légères ou irrégulières qui court le pays et fait une guerre de surprises.
Le capitaine Merle, partisan protestant, fit écorcher vifs trois religieux de l'abbaye d'Issoire , CHATEAUBR. , Voy. à Clermont. Au plur. Troupes qui font une guerre de surprises ou d'avant-postes. Un corps de partisans. Guerre de partisans.
4Anciennement. Celui qui faisait des partis ou sociétés pour la levée de certains impôts.
Quelque gros partisan m'achètera bien cher , LA FONT. , Fabl. V, 3
Les partisans nous font sentir toutes les passions l'une après l'autre : l'on commence par le mépris à cause de leur obscurité ; on les envie ensuite, on les hait, on les craint, on les estime quelquefois et on les respecte ; l'on vit assez pour finir à leur égard par la compassion , LA BRUY. , VI
La veuve d'un honnête partisan qui a gagné deux millions de bien au service du roi , DANCOURT , Chev. à la mode, I, 1
Il semble qu'il ait à sa disposition la bourse d'un partisan , LESAGE , Turc. II, 4
On vient de voir que Voltaire a dit au féminin partisane, comme au XVIe siècle du reste.
On a dit moins correctement partisante : Comme femme, je suis partisante des modes , NINON DE LENCLOS , Lettres.
XVe s.
La marquise de Montferrat.... grande partisane des François , COMM. , VIII, 9
XVIe s.
L. Hostilius, grand partisan de la noblesse , AMYOT , les Gracques, 44
Je veux laisser à la memoire une marque de fidelle partisan en la personne du duc de Thouars , D'AUB. , Hist. III, 454
Telle estoit lors l'affection partisane [l'attachement à son parti ; l'esprit de parti] , D'AUB. , ib. III, 455
Si l'argent n'estoit prompt pour suppleer à ce defaut, la malignité du temps produisit une vermine de gens que nous appelasmes partisans, qui avançoient la moitié ou le tiers du denier pour avoir le tout ; race vrayement de viperes qui ont fait mourir la France leur mere aussitost qu'ils furent esclos , PASQUIER , Lett. t. I, p. 801
Ital. partigiano ; de partire, partager (voy. PARTIR 1).