PARTIR

Prononciation : par-tir
Nature : v. a.

Diviser en plusieurs parts (terme vieilli).
Aussi rien n'est parti si bien par la nature, Que le sens, car chacun en a sa fourniture , RÉGNIER , Sat. IX
...Ces gens, gais et joyeux, Sont sur le point de partir leur chevance , LA FONT. , Orais. Fig. Avoir maille à partir avec quelqu'un, avoir quelque démêlé avec lui (seule locution où partir soit encore employé, et qui signifie au propre avoir un sou à partager).
Et l'on nous voit sans cesse avoir maille à partir , MOL. , l'Ét. I, 9 (voy. MAILLE 3).
Voy. PARTIR 2, qui est le même que partir 1 ; l'historique montrera comment les deux significations vont de l'une à l'autre. Partir, fort peu usité aujourd'hui au sens de partager, a conservé ce sens dans les composés départir, répartir. 1Quitter un lieu, s'en aller d'un lieu.
Nous partîmes cinq cents, mais par un prompt renfort Nous nous vîmes trois mille en arrivant au port , CORN. , Cid, IV, 3
Il veut partir à jeun ; il se peigne, il s'apprête , BOILEAU , Lutr. v.
Vous voulez que je parte demain ; Et moi j'ai résolu de partir tout à l'heure , RAC. , Bérén. v, 5
Partez, enfants d'Aaron, partez ; Jamais plus illustre querelle De vos aïeux n'arma le zèle.... C'est votre roi, c'est Dieu pour qui vous combattez , RAC. , Ath. IV, 6
On est ordinairement moins fâché quand on part que quand on voit partir , STAAL , Mém. t. I, p. 88
Allez, je vous bénis ; partez, âme chrétienne , P. LEBRUN , M. Stuart, v, 4 Fig.
Par leur conseil [de personnes pieuses] je laisse partir cet écrit pour l'aller joindre aux autres discours qui ont déjà paru sur ce sujet , BOSSUET , Coméd. 1
Allez, partez, mes vers, dernier fruit de ma veine , BOILEAU , Ép. x.
Terme de marine. Quitter un port, une rade, commencer une navigation, s'éloigner d'un pays.
2Partir se dit quelquefois pour mourir.
C'est la règle et la raison, ma fille, que je parte la première ; et Dieu.... sait bien avec quelle instance je lui demande que cet ordre s'observe en moi , SÉV. , 397
Je suis une pauvre vieille, qui n'est plus bonne à rien et qui partira bientôt , MAINTENON , Lett. à la reine d'Espagne, 1711, t. VIII, p. 65, dans POUGENS.
3Fig. Il se dit de l'argent qu'on dépense et qui semble partir.
Je me trouvai le soir à Meudon, où je dépensai le peu qui me restait, hors dix creutzers qui partirent le lendemain à la dînée , J. J. ROUSS. , Confess. IV
4Partir se dit des hommes, des animaux qui quittent précipitamment un endroit. Au moindre signe il part comme l'éclair.
La colombe l'entend, part, et tire de long , LA FONT. , Fabl. II, 12
Il [le lièvre] partit comme un trait ; mais les élans qu'il fit Furent vains.... , LA FONT. , ib. VI, 10 Partir du pied droit, du pied gauche, commencer à marcher par le pied droit, par le pied gauche. Ce n'est pas tout de courir, il faut partir à temps.
Rien ne sert de courir ; il faut partir à point , LA FONT. , Fabl. VI, 10
Terme de manége. Partir juste, entamer l'allure du galop sur le pied de devant. Partir de pied ferme, faire partir le cheval du pas au galop. Partez ! Mot que prononce le maître d'académie quand il veut que l'élève aille le galop. Partir de la main, rendre tout à coup la main au cheval afin qu'il prenne le galop. Ce cheval part bien de la main, il prend bien le galop dès qu'on lui baisse la main. Fig. et familièrement. Il part de la main, se dit d'un homme qui fait avec promptitude ce qu'on lui demande. S. m. Le moment où le cheval part pour se porter en avant. Ce cheval a le partir prompt. Un beau partir, la course qu'on fait faire au cheval sur une ligne droite, sans qu'il s'en écarte ou se traverse.
5Terme de musique. Commencer.
Çà, comptez bien vos temps pour partir cette fois, C'est vous qui commencez ; allons, vite : un, deux, trois ; Partez donc, partez donc, musicien barbare , REGNARD , Fol. amour. II, 7 Fig. Partir d'un grand éclat de rire, rire tout à coup avec éclat.
6En parlant des choses, sortir avec impétuosité.
Quand tout cédait à Louis et que nous crûmes voir revenir le temps des miracles où les murailles tombaient au bruit des trompettes, tous les peuples jetaient les yeux sur la reine, et croyaient voir partir de son oratoire la foudre qui accablait tant de villes , BOSSUET , Mar.-Thér.
Le coup qui l'a perdu n'est parti que de lui , RAC. , Andr. III, 3
Quand la foudre s'allume et s'apprête à partir , RAC. , Alex. I, 1
C'est l'éclair qui paraît, la foudre va partir , VOLT. , Oreste, II, 7 Il se dit dans un sens ana logue des choses intellectuelles, morales.
Cela partit plus vite qu'un trait, et nous en rîmes tous plus ou moins , SÉV. , 510
Elle abondait en saillies charmantes qu'elle ne recherchait point, et qui partaient quelquefois malgré elle , J. J. ROUSS. , Conf. IX
À l'instant mon imagination part comme un éclair, et me dévoile tout le mystère d'iniquité , J. J. ROUSS. , ib. X
Du sein de ces assemblées, qu'un mouvement confus sépare et renouvelle sans cesse, partent mille traits ingénieux ou sanglants contre ceux qui paraissent à la promenade avec un extérieur négligé , BARTHÉL. , Anach. ch. 20
7Il se dit des armes de jet ou des armes à feu. Le fusil a parti tout à coup.
À peine du palais il sortait dans la rue, Qu'une flèche a parti d'une main inconnue , CORN. , Sur. v, 5
8Terme de cuisine. Faire partir des haricots, les faire bouillir, les faire crever. Terme de métier. Faire partir la pierre, la séparer et l'ouvrir avec des coins de fer. 9Prendre pour point de départ d'un discours, d'un raisonnement, etc.
Il faut partir de l'état où est notre être pour connaître quels sont ses plaisirs , MONTESQ. , Goût, plaisirs de l'âme
Partant de cette supposition , BUFF. , Théor. terr. part. hyp. Oeuv. t. IX, p. 212
Il est impossible de raisonner avec eux ; car je pars d'un principe.... , VOLT. , Dial. XXIX, 3
Un autre que vous serait parti de là pour renchérir sur les médisances de la comtesse , SAURIN , Moeurs du temps, 1
10Tirer son origine, avoir son commencement, avec un nom de chose pour sujet. Les nerfs qui partent du cerveau.
Des vingt-cinq portes de chaque côté du carré partaient autant de rues qui aboutissaient aux portes du côté opposé, de sorte qu'il y avait cinquante rues qui se coupaient à angles droits , ROLLIN , Hist. anc. Oeuv. t. II, p. 26, dans POUGENS
La différence la plus remarquable qu'il y ait entre le duc commun et le duc de la baie d'Hudson, c'est que les aigrettes partent du bec au lieu de partir des oreilles , BUFF. , Ois. t. II, p. 133
11Provenir, émaner, en parlant de rayons, de lumière, de sons, de mouvements. Les sons partaient d'un point éloigné. Les vibrations partent de ce point.
De lui [soleil] partent sans fin des torrents de lumière , VOLT. , Henr. VII
Déjà je le traînais.... Vers les lieux d'où partait cette faible lumière , VOLT. , Sémir. v, 6
Il n'y a que l'expérience qui puisse l'accoutumer [l'homme] à juger de la distance qui est entre lui et l'endroit d'où part le bruit , CONDIL. , Conn. hum. sect. 6
Un cri part, et soudain voilà que par la plaine Et l'homme et le cheval emportés, hors d'haleine.... Volent avec les vents , V. HUGO , Orientales, Mazeppa.
12Fig. Provenir, par une sorte d'origine que l'on compare à celle des choses physiques.
Celles-là [lettres] ne partaient que de mon esprit ; celles-ci partent de mon coeur , VOIT. , Lett. 15
Périsse mon amour, périsse mon espoir, Plutôt que de ma main parte un crime si noir ! , CORN. , Cinna, III, 3
Votre compassion.... Part d'un bon naturel , LA FONT. , Fabl. I, 22
Les chagrins qui partent de l'amitié que j'ai pour vous, me sont plus agréables que toute la fausse paix d'une ennuyeuse absence , SÉV. , 18 sept. 1679
De telles vengeances rudes et basses [rigueurs contre Fouquet] ne sauraient partir d'un coeur comme celui de notre maître [le roi] , SÉV. , 21 déc. 1664
Mon malheur est parti d'une si belle cause ? , RAC. , Mithr. IV, 2
On ne sait point d'où part ce dessein furieux , RAC. , Phèdre, v, 5
Les vices partent d'une dépravation du coeur ; les défauts, d'un vice de tempérament ; le ridicule, d'un défaut d'esprit , LA BRUY. , XII
Je t'entends ; son arrêt est parti de ta bouche , VOLT. , Fanat. IV, 3
C'était un étrange contraste que du sein d'une cour voluptueuse où régnaient la douceur des moeurs, les grâces, les charmes de la société, il partît des ordres si durs et si impitoyables , VOLT. , Louis XIV, 36
Le trait de lumière qui éclaire aujourd'hui le monde [savoir que la terre tourne autour du soleil] partit de la petite ville de Thorn [patrie de Copernic] dans la Prusse polonaise, dès le milieu du XVIe siècle , VOLT. , Moeurs, 178 Fig. et populairement. Cela part de sa boutique, cela vient de lui (en mauvaise part).
13Fig. Être produit.
Peut-être jamais deux pièces [Mélite et Clitandre] ne partirent d'une même main plus différentes et d'invention et de style , CORN. , Préf. de Clitandre.
Toutes les parties dont l'oeil est composé ont un rapport si juste et si sagement proportionné à l'action de la lumière, que la lumière et les yeux sont visiblement faits l'un pour l'autre, et partent d'une même main , MALEBR. , Rech. vér. Éclairc. sur la lum. t. IV, p. 414, dans POUGENS.
Tel ouvrage qui est fort médiocre, n'a pu partir que d'un génie sublime, et tel autre ouvrage qui est assez beau a pu partir d'un génie assez médiocre , FONTEN. , Vie de Corn.
14À partir de, loc, prép. À dater de, en commençant à.
C'est à partir de la prédication de l'Évangile que la face du monde a été renouvelée , CHATEAUBR. , Génie, IV, VI, 13 À partir de là, loc. adv. En supposant telle chose ; depuis ce moment.
Puis au partir de là vous disent.... , RÉGNIER , Sat. II
15Au partir de, au moment du départ (locution où l'infinitif partir est pris substantivement).
Plus belle qu'elle n'était au partir de Londres , HAMILT. , Gramm. 10
Soucis cuisants au partir de Caliste Jà commençaient à me supplicier , J. B. ROUSS. , Ép. I, 7
Au partir de cette fontaine on les mena voir une prison d'hommes, où tous étaient tenus les pieds dans des ceps d'or , P. L. COUR. , Trad. d'Hérod.
1. Partir prend l'auxiliaire avoir quand on veut exprimer l'action de partir, et l'auxiliaire être quand on veut marquer l'état du sujet parti. Je m'approche d'un chasseur, je lui demande quand le lièvre a parti. Il me répond : Il y a longtemps qu'il est parti. 2. Il ne faut pas dire : partir à la campagne, partir en Italie, mais partir pour la campagne, pour l'Italie. 3. On ne dit pas non plus partir en voyage ; mais simplement partir, ou partir pour un voyage. XIe s.
[Que] nuls ne lait [laisse] sun hume de li partir, puisqu'il est reté [en accusation] , Lois de Guil. 47
Al plus espais [de la mêlée] les rompent et partissent [séparent] , Ch. de Rol. CCLVII
XIIe s.
Mort [il] le trebuche, l'ame s'en est partie , Ronc. p. 58
Par sous le coute, [la main] lui fu du cors partie [coupée] , ib. p. 115
Et s'il est riens qui m'en puisse partir [séparer] , Couci, VIII
Que ferai, Diex ? me partirai de lui [elle] ? , ib. IX
De ceste amour qui tant me fait pener, Ne voi-je pas com je puisse partir , ib. X
Je ne m'en puis partir ne traire ariere , ib. XVIII
Tuit sont parti de moi joieus talent [désirs] , ib. XX
Je ne tieng pas l'amour à droit partie [partagée], Dont il convient mourir ou trop aimer , ib. XX
Partir m'estuet [il me faut partir] de vous sans demorer , ib. XXIV
Mais nul partir, sachez, quoi que nuls die, N'est douloureus que d'ami et d'amie , ib. XXIV
Peu aime son seigneur.... Qui par fausse ochoison de lui servir se part , Sax. XI
Lors [ils] sauront comme Charles nous a le jeu parti , ib. XXIV
La parole est finée, et li conseils se part , ib. XXIX
XIIIe s.
Tous li clergés et li homme d'eage Partiront [auront leur part] tout à cest pelerinage , QUESNES , Romancero, p. 94
Nous la partirons par mi ; si en prendrés la moitié et nous l'autre , VILLEH. , XLIX
....Se [vous] saviez orendroit à quel meschief je sui, li cuers vous partiroit , Berte, XXVIII
Au partir l'a li rois mout doucement baisie , ib. LXXII
Se d'ilec [le renard] se veut departir, De sa qeue l'estuet partir [se séparer de sa queue, la perdre] , Ren. 1204
Vente ne doit nul guerredon, Ni affiert graces ne merites ; L'ung de l'autre se part tous quites , la Rose, 10818
Et après les gardes dou champ les deivent mener [les champions] à une part dou champ, et partir [partager] leur le soleil , Ass. de J. 153
Lors a songié un songe dont moult s'esmerveilloit ; Vit le ciel aovrir et terre qui partoit , Ch. d'Ant. VI, 245
Et li enfant du second mariage, né comme loiel oir [hoirs loyaux], partiroient [auraient part] au descendement de lor pere et de lor mere , BEAUMANOIR , XVIII, 18
Et il me distrent : Sire, le jeu nous est mal parti [inégal] , JOINV. , 277
Et pour ce vaut il miex, si comme il me semble, que nous le façons occirre, avant qu'il nous parte des mains , JOINV. , 244
XIVe s.
Ton empire biparti, c'est à dire party en deux , ORESME , Thèse de MEUNIER.
XVe s.
Endementres que ces gens d'armes.... s'appareilloient, et qui premier avoit fait premier partoit.... , FROISS. , II, III, 53
Et souvent leur avenoient de belles aventures et perilleuses, desquelles ils se partoient à leur honneur , FROISS. , I, I, 130
Et fut la cité de Tournay partie [partagée] pour loger les seigneurs , FROISS. , II, II, 203
Quant ilz furent assemblez et tous venus, et que les maistres du tournoy eurent party [partagé le champ] , Perceforest, t. IV, f° 4
Qui a à partir a à marrir [à s'affliger] , LEROUX DE LINCY , Prov. t. II, p. 379
XVIe s.
Voyant que là n'estoyent que troys tigneux et ung pelé de legistes, se partit dudict lieu , RAB. , Pant. II, 5
La nymphe Ora avoyt le cors my parti en femme et en andouille , RAB. , ib. IV, 38
La plume blanche par dessus, mignonnement partye à paillettes d'or , RAB. , Garg. I, 56
Je connois bien, depuis que je suis partie de vous, qu'il n'est nulle pire prison que d'ung corps eslongnant les lieux où son cueur est aresté , MARGUER. , Lett. 66
Il avisa qu'elle n'avoit pas l'anneau qui jamais ne lui partoit du doigt , MARGUER. , Nouv. VIII
Vostre estre est egalement party à la mort et à la vie , MONT. , I, 85
Ces façons partent plustost de folie que de vraye raison , MONT. , I, 120
Nous partons le fruict de nostre chasse avecques nos chiens , MONT. , II, 170
Nous ne faisons que partir [nous sortons] de boire, toutefoys.... , DESPER. , Cymbal. 79
Cela faict, Theseus se partit pour aller combattre le taureau de Marathon , AMYOT , Thés. 16
Puis en partissant au sort les charges de la chose publique avec son compagnon, il luy escheut de faire la guerre à Philippus , AMYOT , Flamin. 3
Il partiroit un oeuf en deux, une maille en deux , H. EST. , Précell. p. 77 et 78
Wallon, parti, paûrti ; Berry, partir, partager ; provenç. et espagn. partir ; ital. partire, du lat. partiri, dénominatif de part-em, diviser en plusieurs parts (voy. PART 2). Partir a essentiellement, comme on voit dans l'historique, le sens de partager, diviser, séparer ; de là se partir, et, neutralement, partir a passé sans peine à la signification de se séparer d'un lieu, quitter un lieu ; comparez sortir.