PAROLIER

Prononciation : pa-ro-lié
Nature : s. m.

Néologisme. Nom donné par Castil-Blaze aux auteurs des paroles dans les pièces à mettre en musique, parce qu'il prétendait que le poëte y devait être l'esclave du musicien, et fournir seulement des paroles propres à être chantées. Un parolier italien.
Voici comment le parolier [Voltaire] exhale sa mauvaise humeur au sujet de ce contretemps [son opéra de Samson refusé] : je dis le parolier et non pas le poëte ; car les livrets de Voltaire sont ce qu'on peut imaginer de plus misérable , C. BLAZE , l'Académie de musique, § v, t. I, p. 156
Le mot parolier suppose que la pièce, en soi, n'a aucune valeur ; ce qui est souvent vrai. Mais, appliqué aux auteurs de pièces comme la Vestale de Jouy, la Muette et le Comte Ory de Scribe, le nom de parolier serait un contre-sens.