PARLOIR

Prononciation : par-loir
Nature : s. m.

1Lieu où l'on parle.
Ces petits parlements [assemblés par Louis IX] n'étaient point regardés comme les anciens parlements de la nation ; on les appelait parloirs du roi ; c'étaient des conseils que le roi tenait, quand il voulait, pour juger des affaires où les baillis trouvaient trop de difficultés , VOLT. , Hist. parl. ch. x. Parloir aux bourgeois, lieu de Paris où l'on traitait d'affaires municipales. Se dit des lieux où les religieux s'assemblent pour parler.
2Salle d'entrée pour recevoir les étrangers. Il y a des parloirs dans presque toutes les maisons anglaises. 3Dans une communauté religieuse, dans un collége, lieu où l'on parle aux personnes du dehors.
Tous les parloirs sont fermés ; tous les jours maigres sont observés.... mille petits relâchements sont réformés , SÉV. , 30 sept. 1676
Vous ne pouvez trop faire travailler vos filles : il faut les occuper et les réjouir au dedans pour les éloigner des parloirs, qui font la honte et le scandale de tous les couvents , MAINTENON , Lett. à Mme de la Viefville, 17 oct. 1705
Enfin, avant de paraître au parloir, On doit au moins deux coups d'oeil au miroir , GRESS. , Ververt, I
Ici les murs ouverts en quelques endroits et seulement fermés par des morceaux de fer croisés, assez près l'un de l'autre pour empêcher de sortir, laissent la liberté de voir et d'entretenir les gens du dehors : c'est ce qu'on appelle des parloirs , GRAFF. , Lett. péruv. 19
XIIe s.
Tant ala Constant demandant, Que par le congié au prior Parla à lui el parleor , Brut, ms. f° 50, dans LACURNE
XIIIe s.
Fut regardé par le tesmoignage de bones gens ou [au] parlouerau-Borjois.... que li talemelier de Paris estoient quite de la fauce coustume du blé , Liv. des mét. 350
Parler, et la terminaison substantive oir, qui indique tantôt le lieu, tantôt l'instrument ; wallon, paloir ; prov. parlador ; ital. parlatorio.