PARLEMENTER

Prononciation : par-le-man-té
Nature : v. n.

1Faire, écouter des propositions pour l'abandon d'une place.
Cela fait croire qu'ils pensent à leurs affaires et à parlementer , PELLISSON , Lett. hist. t. I, p. 102, dans POUGENS
2Fig. Entrer en accommodement. Nous en viendrons à bout, il parlemente.
À peine Mars se présenta Que la belle parlementa , LA FONT. , Fragm. du songe de Vaux.
Lorsqu'on désire, on se rend à discrétion à celui de qui on espère ; est-on sûr d'avoir, on temporise, on parlemente, on capitule , LA BRUY. , XI
3Impersonnellement, au passif. Il ne fut pas longuement parlementé, c'est-à-dire on ne parlementa pas longtemps. Ville ou fille qui parlemente est à demi rendue, c'est-à-dire quand on prête l'oreille à des propositions, c'est signe qu'on n'est pas éloigné d'y accéder. Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir. XIVe s.
Tant fist par ces journéez que le conte [il] trouva Droit ou palais à Troiiez où il parlementa [tint parlement] , Hugues Capet, v. 5818
Et tant alla Bertran à lui parlementant, Que du fort delivrer [rendre la forteresse] il s'alast acordant , Guesclin. 18614
XVe s.
Là furent parlementés et conseillés plusieurs avis et statuts entre les seigneurs et leurs pays.... , FROISS. , I, I, 125
Entrementes que ces choses avinrent, s'ensonnierent [prirent soin] aucuns prud'hommes de Bretagne de parlementer une treve entre.... , FROISS. , I, I, 190
Ilz se mirent à parlementer sur le pont [à Montereau-fault-Yonne] , COMM. , IV, 9
XVIe s.
Sortir d'une place assiegée pour parlementer , MONT. , I, 23
Parlement, et la terminaison verbale er ; bourg. parlementai.