PARCOURS

Prononciation : par-kour ; l's ne se lie pas : un parkour étendu
Nature : s. m.

1Chemin que parcourt une voiture publique, un fleuve, etc. Le parcours des omnibus. Libre parcours, droit que chacun possède de faire circuler sur les chemins de fer des machines et des voitures en concurrence avec celles du concessionnaire de l'exploitation, en payant toutefois à ce dernier, pour l'usage de la voie, des prix déterminés par le tarif. 2Droit de parcours, ou, simplement, parcours, droit que possède tout propriétaire d'une commune, par suite de l'usage ou d'une aliénation régulière, de faire paître son bétail sur les terres non closes et non actuellement cultivées d'une autre commune. Le parcours diffère de la vaine pâture (voy. PÂTURE).
Le propriétaire qui veut se clore perd son droit au parcours et vaine pâture, en proportion du terrain qu'il y soustrait , Code Nap. art. 648
Les terrains faibles ou d'inférieures qualités, au lieu de retenir et d'occuper des hommes qui en retirent à peine leur propre substance, seraient laissés au parcours d'élèves en bestiaux , TOULONGEON , Instit. Mém. scienc. mor. et pol. t. III, p. 112
3Terme de féodalité. Droit de parcours et entre-cours, traité que faisaient des seigneurs voisins, en vertu duquel les vassaux libres pouvaient passer d'une seigneurie à une autre sans crainte d'être asservis. Bourgeois de parcours, celui qui pouvait décliner la juridiction de son seigneur, et en appeler aux juges royaux. XIIIe s.
Le parcours de ces [ceux] qui s'an vouldront aler de Dijon, sans la taille de la ville paier , DU CANGE , percursus.
XVIe s.
Tout le parcours de cette concion fut un amas bien choisi de lieux communs , D'AUB. , Hist. I, 107
Parcourir. PARCOURS. 2Ajoutez :
Le parcours est la vaine pâture étendue, par réciprocité, d'une commune à une autre , BAYLE-MOUILLARD , Projet de Code rural, Session 1868 du Corps législ. p. 47