PARAFE ou PARAPHE

Prononciation : pa-ra-f'
Nature : s. m.

1Sorte de chiffre qu'on ajoute à son nom, dans les signatures, afin qu'il soit plus difficile de les contrefaire. Signer avec paraphe.
Attendez donc, et mon parafe donc ? diable, c'est important ; je suis peut-être le seul négociant dont on ne puisse contrefaire la signature , PICARD , M. Musard, sc. 34
2Sorte de signature abrégée que l'on met aux mots écrits en marge des actes, à la place des mots changés ou raturés. XVe s.
Et m'escripvez à ung paraphe Sur moy ce petit epitaphe , VILLON , Archer de Bagnolet
Au tiers paraffe ou article , Hist. de la Toison d'or, t. II, f° 66, dans LACURNE.
XVIe s.
Vous dites parafe, corrompant la diction, laquelle signifie un signe ou note posée près l'escriture , RABEL. , Notes sur le 4e livre de Pantagr.
Sa verité [de l'Évangile] est signée par les croyans comme quand on met son signe ou paraphe en une lettre , CALV. , Instit. 424
Abréviation de paragraphe, qui vient du grec, à côté, et, écrire ; génev. une parafe.