PARACLET

Prononciation : pa-ra-klè ; le t ne se prononce et ne se lie jamais
Nature : s. m.

1Consolateur, nom affecté au Saint-Esprit. Adj.
De là vient qu'il [Jésus] disait à ses saints apôtres : Si je ne m'en retourne à mon Père, l'Esprit paraclet ne descendra pas , BOSSUET , Sermons, Ascension, 3
2Le Paraclet, monastère de femmes fondé par Abélard, près de Nogent-sur-Seine, Aube. 3Un des éons des valentiniens. Nom que les montanistes donnaient à leur fondateur. XIIIe s.
C'est paraclist, c'est esperit, En qui garde riens ne perit, Qui a nom de consolateur, Que mon pere com moi cherist , J. DE MEUNG , Tr. 1045
XVIe s.
Nom particulierement attribué en nostre eglise au benoist saint Esprit ; l'ignorance du commun peuple le nomma paraclit ; comme aussi ay je veu qu'en mes jeunes ans, dans les eglises, on appelloit le Saint Esprit spiritum paraclytum, non paracletum , PASQUIER , Rech. VI, 17
Du grec, invoqué, invoquer, auprès, et, appeler (comparez CALENDES).
Jésus, pour désigner cet Esprit, se servait du mot Peraklit, que le syro-chaldaïque avait emprunté au grec , RENAN , Vie de Jésus, I, 18 On remarquera que J. de Meung et le peuple disaient paraclit suivant la prononciation du grec moderne.