PAPYRUS

Prononciation : pa-pi-rus'
Nature : s. m.

1Sorte de roseau cultivée en Égypte, dans l'Inde, la Babylonie, la Coelé-Syrie, et dont la tige, formée de feuillets superposés que l'on détachait les uns des autres à l'aide d'une aiguille, servait pour l'écriture après une préparation convenable. Le papyrus appartient au genre souchet ; c'est le cyperus papyrus de Linné ; l'on en a fait, sous le nom de papyrus commun, le type d'un nouveau genre de cypéracées.
Le papyrus est une plante qui pousse quantité de tiges triangulaires hautes de six ou sept coudées , ROLLIN , Hist. anc. Oeuv. t. I, p. 114, dans POUGENS
D'Homère et de Platon durant les premiers âges Le papyrus du Nil conservait les ouvrages , DELILLE , Trois règnes, VI
2Feuille pour écrire faite avec le papyrus.
Le papier ou papyrus fait avec un roseau d'Égypte appelé biblos (d'où l'on a bible, livre) était la matière qu'on employait le plus communément pour les livres dans l'antiquité , FEUILLET DE CONCHES , Caus. d'un cur. t. I, liv. II, ch. 4
3Se dit quelquefois des manuscrits eux-mêmes. Les papyrus trouvés à Herculanum.
En jetant un premier coup d'oeil sur ces papyrus, je pensai qu'il serait très difficile de les lire, parce qu'ils offraient, l'un d'eux surtout, beaucoup de lacunes et des parties entièrement détruites , SILVESTRE DE SACY , Instit. Mém. acad. inscr. t. IX, p. 66
Lat. papyrus.