PANTALONNADE

Prononciation : pan-ta-lo-na-d'
Nature : s. f.

1Bouffonnerie et postures comiques semblables à celles d'un Pantalon. Il est venu faire une plaisante pantalonnade. Cela posé, notre ami Benserade.
N'eût-il pas fait beaucoup plus sagement De s'en tenir à la pantalonnade ? , CHAUL. , Rond. sur Benser.
2Subterfuge ridicule.
Un honnête homme eût mieux aimé que vous [Mazarin] lui eussiez dit : j'ai eu tort de vous promettre, que d'ajouter au manquement de parole des pantalonnades pour vous jouer des malheureux , FÉN. , Dial. des morts mod. 19
3Fausse démonstration de joie, de douleur, de morale.
Il y a un malheur à ce Mahomet [la tragédie], c'est qu'il finit par une pantalonnade ; mais Lekain dit si bien : Il est donc des remords ! , VOLT. , Lett. d'Argental, 28 août, 1751
Pantalon.