PANONCEAU

Prononciation : pa-non-sô
Nature : s. m.

1Écusson d'armoirie, tel qu'on le met sur un poteau, pour marquer la juridiction. Les panonceaux du prince, les panonceaux d'un seigneur. Girouette sur laquelle les armes du seigneur étaient peintes ou découpées à jour. 2Écusson à la porte des notaires. Les huissiers, les commissaires-priseurs placent aussi des panonceaux au-dessus de leurs portes. XIIe s.
Li bon espiés ne fu pas oubliés ; Grans fu li fers, si est bien acerés ; En lonc estoit uns penonciaus fermés [fixé] , Raoul de C. 169
XIIIe s.
Il avoit bien CCC nageurs en sa galie, et à chascun de ses nageurs avoit une targe de ses armes, et à chascune targe avoit un pennoncel de ses armes battu à or , JOINV. , 215
XIVe s.
Le premier penoncel qui là fu mis present, Ce fu le noble duc à qui Bourbon apent , Guesclin, v. 21237
XVe s.
Si se tinrent ainsi cette nuit tous armés, chascun dessous sa banniere ou son penonceau , FROISS. , I, I, 44
XVIe s.
Les Albanoys avec demyes lances Bruire faisoient leurs pannonceaulx au vent , J. MAROT , V, 29
Les penonceaulx et guydons de l'armée , J. MAROT , V, 224
Tant faire les criées et proclamations devant la principale porte de l'eglise parrochiale, et mettre affiches et panonceaux contre les portes de la ditte eglise et hostel de ville , Coust. gén. t. I, p. 42
Diminutif de pannon ; provenç. penoncel ; ital. pennoncello.