PANIQUE

Prononciation : pa-ni-k'
Nature : adj.

Terreur panique, terreur subite et sans fondement.
Toutefois j'aurais tort de jeter dans les coeurs, L'avis étant mal sûr, de paniques terreurs , CORN. , Cid, II, 7
Et les lièvres sujets à des terreurs paniques , LA FONT. , Fabl. v, 19
Les superstitieux sont dans la société ce que les poltrons sont dans une armée : ils ont et donnent des terreurs paniques , VOLT. , Dict. phil. Locke.
J'entretiens la vigilance de mes troupes, en excitant sous main des terreurs paniques, tantôt par des alertes fréquentes, tantôt par la fausse rumeur d'une trahison, d'une embuscade , BARTHÉL. , Anach. ch. x. Substantivement. Une panique, une terreur soudaine. La panique se mit parmi les spéculateurs. Devenir panique, s'est dit en parlant d'une terreur qui perd son caractère alarmant ; ce sens n'est plus usité.
Nous avons eu de grandes terreurs ; Dieu merci, elles sont devenues paniques, et il [Ch. de Sévigné] en sera quitte pour de petits anodins , SÉV. , 8 sept. 1680
XVe s.
Leur terreur ne fut pas vaine ny panique, car ils furent investis par les François , Mém. s. D. G. ch. 32
En grec, le dieu Pan, qui troublait les esprits.