PALLADIUM

Prononciation : pal-la-di-om' ; on a prononcé aussi pal-la-di-on
Nature : s. m.

1Statue de Pallas, qui passait pour le gage de la conservation de Troie.
Le palladium, quoique tombé du ciel, n'était qu'un gage sacré de la protection de Pallas ; c'était elle qu'on vénérait dans le palladium ; c'était notre sainte ampoule , VOLT. , Dict. phil. Idolâtrie, I Par extension, nom donné à divers objets auxquels certaines villes, certains empires attachaient leur durée. Le boucher sacré, tombé du ciel durant le règne de Numa, était le palladium de Rome et de son empire.
2Fig. Garantie, sauvegarde.
La loi civile est le palladium de la propriété , MONTESQ. , Espr. XXVI, 15
C'est là qu'est le vrai palladium de la liberté , J. J. ROUSS. , Pologne, 7
Du grec, statuette de Pallas. 1. PALLADIUM. Ajoutez : - HIST. XIIe s.
Coment li traïtor ovrerent, Qui la traïson porparlerent, Que il furent, com orent non, Qui enbla lo palladion.... , BENOIT , Roman de Troie, V. 639
Por le temple qu'ert violez, Dont li pallades ert enblez , BENOIT , ib. V. 25561
Devant ce mot qui n'existait pas en français, l'ancien trouvère du XIIe siècle a hésité. Une première fois il lui a laissé la forme latine, palladion ; une seconde fois, plus hardi, il a soumis le mot à la règle de l'accentuation, et il a mis pallade. Terme de chimie. Métal blanc, très difficile à fondre, très malléable, découvert par Wollaston dans la mine de platine, et dénommé d'après la déesse Pallas.