PALINODIE

Prononciation : pa-li-no-die
Nature : s. f.

1Chez les anciens, poëme dans lequel on rétractait ce qu'on avait dit dans un poëme précédent.
Stésichore ayant perdu la vue en punition des vers mordants et satiriques qu'il avait faits contre Hélène, il ne la retrouva qu'après avoir rétracté ses médisances par une nouvelle pièce contraire à la première, ce qu'on appelle depuis palinodie , ROLLIN , Hist. anc. Oeuv. t. III, p. 605, dans POUGENS
2Fig. Rétractation de ce qu'on a dit.
Gresset dévot, longtemps petit badin, Sanctifié par ses palinodies , VOLT. , Pauvre diable. Chanter la palinodie, se rétracter.
Chante donc la palinodie , DESMARETS , Visionnaires, III, 4
Je sais vos affaires, vous voulez chanter la palinodie , SÉV. , Mercr. des cendres, 1680
Particulièrement et surtout au pluriel, changement d'opinion politique.
Je suis las de cette vie errante et de ces palinodies, se dit-il un jour , CH. DE BERNARD , Un homme sérieux, § 4
XVIe s.
Les condamnez [les jésuites chassés par le parlement] triompherent de leurs juges, firent chanter des palinodies au venerable senat ; mirent l'authorité du parlement, l'honneur de la France et la piramide à bas [celle qui mentionnait leur expulsion] , D'AUB. , Hist. III, 539
Du grec, de nouveau, à rebours, et, chant.