PALADIN

Prononciation : pa-la-din
Nature : s. m.

1Nom donné aux seigneurs qui suivaient Charlemagne à la guerre.
Car je croyais ouïr de ces bruits prophétiques Qu précédaient la mort des paladins antiques , A. DE VIGNY , le Cor.
2Par extension, chevalier errant.
Son nom était Atis, son métier paladin , LA FONT. , Petit chien
....Ces fiers paladins Qui parcouraient toute la terre , DESHOULIÈRES , Lett.
À Mme d'Ussé Des paladins toujours armés, dans une partie du monde pleine de châteaux, de forteresses et de brigands, trouvaient de l'honneur à punir l'injustice et à défendre la faiblesse , MONTESQ. , Esp. XXVIII, 22
Ce König [un mathématicien de Berlin] est amoureux d'un problème de géométrie, comme les anciens paladins de leurs dames , VOLT. , Lett. Mme Denis, 24 juill. 1752
Ferons-nous d'Émile un redresseur de torts, un paladin ? , J. J. ROUSS. , Ém. IV
Souvent ma muse aventurière Ceignit la ceinture guerrière Et l'écharpe des paladins , V. HUGO , Odes, II, 3 Familièrement. C'est un vrai paladin, il est brave et galant.
XIIe s.
Turpins i monte à loi de palacin , Ronc. p. 50
XIIIe s.
Le plus hardi, le plus douté De toute la chrestienté Ont là occis li Sarrazin ; Çou [ce] fu grans dious [deuil] del palasin , PH. MOUSKES , ms. p. 199, dans LACURNE
Ces hautes dames palasines, Ces abeesses, ces beguines , la Rose, 11783
XVIe s.
Il fait bien son paladin , COTGRAVE ,
Prov. palaizi, palazi ; espagn. palatino ; ital. paladino ; du lat. palatinus, qui appartient au palais, de palatium (voy. PALAIS 1). Ce mot vient de ce que les seigneurs qui les premiers reçurent ce nom, vivaient dans le palais de Charlemagne.