PACTION

Prononciation : pa-ksion ; en vers, de trois syllabes
Nature : s. f.

Terme vieilli. Action de faire un pacte, une convention.
Plût à Dieu qu'il ne fallût ni sceaux ni signes pour l'assurance de ces pactions, et que la conscience et la foi en fussent les seules dépositaires ! , MALH. , le Traité des bienf. de Sénèque, III, 15
L'injure d'une paix à la fraude enchaînée, Les dures pactions d'un royal hyménée , CORN. , les Victoires du roi
Avec eux avant vous nos pactions sont faites ; Sous les lois de l'hymen ils nous donnent leur foi , TH. CORN. , Circé, I, 7
XIVe s.
Paction est consentement qui se fait par deux ou par plusieurs en accord , BOUTEILLER , Somme rural, titre 40
XVe s.
Il tenoit le dit chastel de Ventadour comme sien et son propre heritage, et avoit mis tout ce païs à certains pactis ; et, parmy toutes ces pactions, toutes gens labouroient en paix dessous luy , FROISS. , liv. III, p. 276, dans LACURNE
XVIe s.
J'ay composé avecques mon estomac en telle paction que tousjours il se couche et se lieve avecques moy , RAB. , Garg. I, 41
Prov. pactio ; espagn. paccion ; du lat. pactionem (voy. PACTE).