PACIFICATION

Prononciation : pa-si-fi-ka-sion ; en vers, de six syllabes
Nature : s. f.

1Rétablissement de la paix. La pacification de l'Europe. La pacification des troubles.
On tenterait vainement des pacifications sur les controverses, en présupposant qu'il fallût changer quelque chose dans aucun des jugements portés par l'Église , BOSSUET , Projet de réunion, 2e part. Lett. XXX Édits de pacification, plusieurs édits des rois, qui avaient pour but d'apaiser les troubles de religion, dans le XVIe siècle.
Le résultat du colloque et des intrigues qui le suivirent fut un édit par lequel les protestants pouvaient avoir des prêches hors des villes ; et cet édit de pacification fut encore la cause de guerres civiles , VOLT. , Moeurs, 171
2Particulièrement. Apaisement des dissensions domestiques, des différends entre particuliers. XVe s.
Pour la pacification de leur pays , COMM. , VI, 9
XVIe s.
La pacification et union de toute la Grece , AMYOT , Péric. 37
Pour parvenir à une entiere, seure et perdurable pacification des troubles , D'AUB. , Hist. II, 173
Le seigneur d'un serf occis aura la pacification de la paix [prix pour l'accommodement], et la remission sera à donner à nous ou à nostre grand bailly , Nouv. coust. gén. t. II, p. 144
Lat. pacificationem, de pacificare, pacifier.