pericliter

Prononciation : pé-ri-kli-té
Nature : v. n.

Être en péril, en parlant des personnes.
Car flottant et périclitant, N'est quasi qu'une chose même , SCARR. , Virg. v.
Elle [votre fille] peut péricliter, si on ne lui donne du secours , MOL. , Am. méd. II, 5 Il se dit aussi des choses.
J'eus assez de fermeté pour le faire sortir de chez moi, sans avoir fait péricliter mon honneur , LESAGE , Estev. Gonz. ch. 55
Il se dit plus particulièrement des risques que courent des sommes d'argent.
Je croyais la chose en règle ; ma créance était originairement homologuée à la chambre des comptes, et ne devait pas péricliter , VOLT. , Lett. Dutertre, 18 janv. 1777
Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.
Molière l'a fait actif, ce qui n'est pas usité. Mais, croyez-vous, maître Simon, qu'il n'y ait rien à péricliter ? et savez-vous le nom, les biens et la famille de celui pour qui vous parlez ? l'Av. II, 2. XVIe s.
Il n'y a pere tant courroucé à son fils que, s'il le voyoit pericliter en un torrent ou lac... , l'Amant ressuscité, p. 20, dans LACURNE
Lat. periclitari, de periclum, péril. L'ancien français disait periller, dérivé directement de péril.