penitencier

Prononciation : pé-ni-tan-sié ; l'r ne se prononce pas et ne se lie pas ; au pluriel, l's se lie : les péni-tan-sié-
Nature : s. m.

1Prêtre commis par l'évêque pour absoudre certains cas réservés. Grand pénitencier, le cardinal qui est pénitencier.
Je lui fis tant de scrupule de sa faute [au marquis de Rochechouart], qu'il alla au grand pénitencier , SAINT-SIMON , 49, 74
Sous-pénitencier, prêtre subordonné au pénitencier, et commis pour le suppléer. Adj.
Les péchés devinrent si fréquents, et les évêques se trouvèrent chargés de tant de soins, qu'il fallut établir dans chaque église un prêtre pénitencier , FLÉCHIER , Hist. de Théodose, IV, 15
2Prison où sont détenus les malfaiteurs. Pénitencier militaire, prison où sont enfermés les militaires condamnés à la réclusion. XIIIe s.
Frere Jehan, peneancier nostre saint pere le pape , DU CANGE , poenitentiarius.
XIVe s.
Fu enchargié à ladicte femme par les penanciers de nostre saint pere le pape, qu'elle allast à Rome , DU CANGE , ib.
XVe s.
Et là trouva un vaillant homme penitencier, auquel il se confessa devotement et duement , FROISS. , III, IV, 44
Beau filz, dit la dame, de ceste maison ne partiray ; car c'est la maison penitenciere où jadis vostre pere et moy feismes nostre penitence , Perceforest, t. IV, f° 120
XVIe s.
Après eux, les penitenciers [pénitents] et moins criminels qui s'estoient desdits de peur du feu, ceux là portoient des torches esteintes , D'AUB. , Hist. I, 113
Pénitence ; provenç. penedencier ; anc. espag. penitenciero ; ital. penitenziere. PÉNITENCIER. Ajoutez : 3Homme renfermé dans un pénitencier.