penates

Prononciation : pé-na-t'
Nature : s. m. pl.

1Terme de la religion romaine. Dieux domestiques ; on en distinguait deux sortes : les publics et les particuliers : les publics étaient comme les divinités tutélaires de la ville et de l'empire de Rome. Saluez ces pénates d'argile : Jamais le ciel ne fut aux humains si facile.
Que quand Jupiter même était de simple bois , LA FONT. , Phil. et Baucis.
Le palais de Numa, le temple de Vesta, les pénates du peuple romain , DIDER. , Claude et Nér. I, 89 Adj.
Avertie qu'on allait venir à elle, cette infortunée princesse s'était réfugiée avec ses deux filles dans le lieu le plus retiré de sa maison, vers ses dieux pénates , ROLLIN , Hist. anc. Oeuv. t. X, p. 58, dans POUGENS
2Fig. Habitation.
Il renonce aux courses ingrates, Revient en son pays, voit de loin ses pénates , LA FONT. , Fabl. VII, 12
C'était dans le temps que M. le prince de Brunswick faisait à mes petits pénates le même honneur que vous avez daigné leur faire [une visite] , VOLT. , Lett. Richelieu, 19 août 1766 Adj.
Me voilà enfin, sire, de retour chez mes dieux pénates, jusqu'à présent plus fatigué que guéri , D'ALEMB. , Lett. au roi de Pr. 30 nov. 1770
Lat. penates, de penu, intérieur.