penalite

Prononciation : pé-na-li-té
Nature : s. f.

1Qualité de ce qui est pénal, de ce qui est susceptible d'une peine, d'une punition.
On n'écrit pas la législation de la conscience publique ; on la lit dans l'opinion et dans les moeurs ; le déshonneur en est la pénalité , LAMART. , Rapp. à la ch. des dép. Propr. litt.
2Système des peines établies par les lois. On peut dire pénalités au pluriel, s'il s'agit de comparer les différents systèmes de peines des peuples. XVe s.
En amour vivre, Tousjours ensuyvre Charnalité, C'est vilité, Penalité, Et beaucoup pis que d'un homme yvre , le Blason des faulces amours, p. 226, dans LACURNE au mot vilité
XVIe s.
Porter paciemment sans murmure tous labeurs, peines, penalités, adversités et tentations de ce monde, pour l'amour de Dieu , les Triomphes de la noble dame, f° 212, dans LACURNE
Pénal. PÉNALITÉ. - HIST. XVe s. Ajoutez :
Les miseres et enfermetez du corps.... lesquelles agravent et retardent l'ame par la penalité de ceste mortalité , Intern. consol. II, 26