OUTRER

Prononciation : ou-tré
Nature : v. a.

1Porter les choses au-delà de la mesure.
On se divertit à voir outrer cette mode jusqu'à la folie , SÉV. , 29
Vous avez outré les beaux sentiments , SÉV. , 215
Ne croyez jamais rien de bon de ceux qui outrent la vertu , BOSSUET , Var. XI, 60
Les autres consistoires ont eu beau, aussi bien que lui, outrer la matière, jusqu'à dire que la peinture et la sculpture étaient des arts défendus de Dieu , BOSSUET , ib. XI, § 1
Des excès de Luther qui outrait la grâce, qui l'eût cru ? on a passé aux excès des semi-pélagiens qui l'affaiblissent , BOSSUET , ib. XV, § 122
Il était à propos d'outrer un peu les personnages pour les empêcher de se reconnaître , RAC. , Plaid. Préf.
Ils outrent toutes choses, les bonnes et les mauvaises , LA BRUY. , XI
Elle voulut mal à propos outrer la vengeance , HAMILT. , Gramm. 11
J'avoue que j'ai extrêmement outré le caractère de jolie femme ; mais vous avez outré aussi celui de grand homme , FONTEN. , Dial. des morts, Alexandre et Phryné.
Elle [la secte des stoïciens] n'outrait que les choses dans lesquelles il y a de la grandeur , MONTESQ. , Espr. XXIV, 10
....Mais on outre les choses, C'est donner à des riens les plus horribles causes , GRESSET , le Méch. IV, 4
Il ne faut rien outrer, quand on veut être sage , DESTOUCH. , Phil. marié, I, 4
Rien n'est plus aisé que d'outrer la nature ; rien n'est plus difficile que de l'imiter , VOLT. , Dict. phil. Anciens et modernes.
Il est difficile aux hommes de ne pas outrer ce qui est bien , VAUVENARGUES. , Des saillies.
Un maître impatient de faire fortune outre presque toujours la mesure de leurs travaux [des nègres] , RAYNAL , Hist. phil. XI, 22 Absolument. Il ne faut jamais outrer.
2Exagérer.
On aura sans doute outré les rapports qu'on vous aura faits ; les termes que vous soulignez sont incroyables , VOLT. , Lett. Maupertuis, 9 août 1740
Sans avoir les bonnes qualités de son père [le régent], elle [la duchesse de Berry] en outrait tous les vices , DUCLOS , Oeuvr. t. V, p. 203
3Surcharger de travail. Outrer des domestiques. Outrer un cheval, le pousser au delà de ses forces.
Alexandre ayant changé de cheval, après en avoir outré plusieurs en cette journée , VAUGEL. , Q. C. 279
4Offenser grièvement, pousser à bout.
Parce qu'il outrera de plus en plus la reine, et qu'il outrera, de plus, ceux qui l'approchent , RETZ , Mém. II, liv. III, p. 451, dans POUGENS
Ce manque de parole m'a outrée contre lui , SÉV. , 20 juill. 1686
5S'outrer, v. réfl. Se fatiguer à l'excès.
L'impossibilité disparaît à son âme [de l'homme] ; Combien fait-il de voeux, combien fait-il de pas, S'outrant pour acquérir des biens et de la gloire ! , LA FONT. , Fabl. VIII, 25
Parlons de votre santé.... ménagez votre poitrine ; ne vous outrez pas sur l'écriture [ne vous fatiguez pas à écrire] , SÉV. , déc. 1688
XIIIe s.
Il ont le premier baile [clôture] outré [passé], Clos de fossez et de palis , Lai de l'ombre
Et Dant Primaut si fu tant gros, Qu'il ne pot le pertuis outrer , Ren. 4407
Renart ne fet pas grant sejor, Ainz saut sor la creste del for : Là se quati, li chien l'outrerent, Le flair perdirent, sel passerent , ib. 8117
S'ensi flerent [frappent] li autre, nostre gent est outrée [perdue], Et Antioche prise, et la terre gastée , Ch. d'Ant. IV, 807
Puisque son champion aureit esté outré en champ, et que le champion en sereit perdu.... , Ass. de J. I, 249
XIVe s.
Pour tant qu'au samedi se veulent reposer Pour le jour du sabbat, alerent ordener Qu'au dimenche devoient ceste besongne oultrer , Guesclin. 9504
XVIe s.
L'artillerie adonques s'est montrée, Mais une piece est rompue et oultrée, Dont il advint trop merveilleux dommaige , J. MAROT , V, 92
Picqué et oultré jusques au vif d'une offense , MONT. , II, 115
Adonc Solon se prit incontinent à frapper sa teste, et à faire et dire tout ce qu'ont accoustumé ceulx qui sont oultrez de douleur , AMYOT , Solon, 9
Il prit son espée à deux mains, et, en dressant la poincte contre son estomac, se laissa tomber dessus de son hault, sans faire autre demonstration de douleur, sinon qu'il jetta un soupir, à quoy ceux de dehors recogneurent bien qu'il s'estoit oultré , AMYOT , Othon, 24
Outré de lassitude , D'AUB. , Vie, XVI
Outré de depit et de colere , D'AUB. , ib. XLVI
Les jeunes gens outrent ordinairement les louanges ou les blasmes qu'ils donnent , D'AUB. , ib. XLVIII
Et les quatre furent si oultrez [battus], qu'il les fallut mener le lendemain en une charrette avec le mort au supplice , CARL. , VI, 36
....Plus un roy debonnaire Luy veut lascher la bride [au peuple] et moins il est outré, Plus luy-mesmes la serre et sert de son bon gré , RONS. , 662
Imitateur d'Achille, alors que l'ire outrée L'enflammoit en sa nef contre le fils d'Atrée , RONS. , 664
Provenç. ultrar ; ital. oltrare ; du lat. ultra, outre (voy. OUTRE 2).