OUTRAGER

Prononciation : ou-tra-jé. Le g prend un e devant a et o : outrageant, outrageons
Nature : v. a.

1Offenser cruellement.
Tigre, assassine-moi du moins sans m'outrager , CORN. , Poly. V, 3
Qui se laisse outrager mérite qu'on l'outrage , CORN. , Héracl. I, 2
Il reçut plusieurs blessures, et mourut généreusement pour sa patrie et pour un prince qui l'avait outragé , FLÉCH. , Hist. de Théodose, I, 69
Un discours trop sincère aisément nous outrage , BOILEAU , Sat. VII
Oubliez-vous qui j'aime et qui vous outragez ? , RAC. , Iphig. IV, 6
Il [Dieu] entend les soupirs de l'humble qu'on outrage , RAC. , Esth. III, 4
Jean Jacques est un malade de beaucoup d'esprit et qui n'a d'esprit que quand il a la fièvre ; il ne faut ni le guérir, ni l'outrager , D'ALEMB. , Lett. à Voltaire, 9 avril 1761
2Insulter quelqu'un de paroles prononcées ou écrites. Ah ! c'est trop m'outrager.
- N'outragez plus les morts , CORN. , Nicom. II, 3
Croyez qu'il faut aimer autant que je vous aime, Pour avoir pu souffrir tous les noms odieux Dont votre amour le vient d'outrager à mes yeux , RAC. , Iphig. III, 6
Fontenelle, neveu très zélé du grand Corneille, et que d'ailleurs Racine avait outragé, nous a laissé un parallèle entre ces deux grands hommes, où il met son oncle fort au-dessus de son ennemi , D'ALEMB. , Éloges, Despréaux, note 12
3Il se dit aussi des choses que l'on considère comme un outrage.
Non, je ne puis souffrir un bonheur qui m'outrage , RAC. , Phèdre, IV, 6
4Fig. Porter une atteinte violente et odieuse.
Le duc d'Estrées est outré qu'un homme qu'il logeait généreusement ait ainsi blessé et outragé l'hospitalité , SÉV. , 535
Elle [Mme de Monaco] a été défigurée avant que de mourir ; son desséchement a été jusqu'à outrager la nature par le dérangement de tous les traits de son visage , SÉV. , 20 juin 1678
Ces spectres affamés, outrageant la nature, Vont au sein des tombeaux chercher leur nourriture [lors de la famine du siége de Paris] , VOLT. , Henr. X
J'ai de tous deux outragé la tendresse , VOLT. , Enf. prod. III, 5 Profaner.
Par lui, des fils d'Éli la brutale luxure Outragea le saint lieu, les lois et la nature , DELILLE , Parad. perdu, I
5Faire violence à une femme.
Ils [certains grands singes] sont très ardents pour les femmes, et assez forts pour les violer lorsqu'ils les trouvent seules, et souvent ils les outragent jusqu'à les faire mourir , BUFF. , Quadrup. t. VII, p. 141
6S'outrager, v. réfl. Se faire réciproquement des outrages. Ils se sont outragés publiquement. XVe s.
Si vous dy voirement que monseigneur en a conquis [vaincu] en cest an plus de cent, ne il ne cuydoit pas trouver chevalier qui d'armes l'en oultrageast [le surpassât] , Lancelot du lac, t. II, f° 43, dans LACURNE
XVIe s.
Oultrager quelqu'un , AMYOT , Solon, 32
Outrage.