OUTARDE

Prononciation : ou-tar-d'
Nature : s. f.

Genre d'oiseaux de l'ordre des échassiers, se rapprochant des autruches par la disposition de leurs pieds et leur port lourd, mais capables de voler. Grande outarde, otis tarda, Linné ; outarde canepetière, otis tetrax, L.
Tout le monde sait que l'outarde est, parmi les oiseaux d'Europe, celui qui a le plus de rapport avec l'autruche, et que la canepetière n'est qu'une petite outarde , BUFF. , Ois. t. II, p. 238
XVe s.
Sur les petiz [il] fist la restrinction [économie] Qui monte à pou ; vez ci large ignorance : Es grans cas chiet [tombe] la bonne pourvoiance ; Plus despent loup que brebis ne oustarde , E. DESCH. , Administration de l'hôtel du prince.
Mignons, laissez chevaulx et bardes, Vos grands bastons, vos becs d'oustarde , COQUILL. , Les droits nouveaux.
Le suppliant aperçut des oultardes, esquelles il se adressa pour y tirer , DU CANGE , cavalcare.
XVIe s.
Puis les poules d'eau, le heron, l'otarde , O. DE SERRES , 345
Prov. austarda ; espagn. avutarda ; port. abetarda, betarda ; ital. ottarda ; du lat. avis, oiseau, et tarda, lent. Avis tarda était, dit Pline, le nom donné par les Espagnols à l'outarde. Dans le provençal et le français, la syllabe aus, ous, représente le nominatif avis. On ne peut donc songer à otis.