OSTRACISME

Prononciation : os-tra-si-sm'
Nature : s. m.

Jugement par lequel, à Athènes, on bannissait pour dix ans un citoyen que sa puissance ou son mérite rendait suspect. Thémistocle banni par l'ostracisme, l'an 471 avant J. C. L'ostracisme était à Athènes ce qu'était le pétalisme à Syracuse.
La vertu n'était point sujette à l'ostracisme , BOILEAU , Sat. X
La loi de l'ostracisme fut établie à Athènes, à Argos et à Syracuse , MONTESQ. , XXIX, 7
L'ostracisme est le droit que se réserve une société politique de prononcer le bannissement de ceux de ses membres qui, quoique irréprochables, lui causent de l'ombrage , BAUDIN , Instit. Mém. scienc. mor. et pol. t. III, p. 61 Fig.
Attaché avec superstition aux anciennes maximes, il s'élevait par une espèce d'ostracisme contre toute innovation littéraire, soit dans les principes, soit dans les ouvrages , D'ALEMB. , Éloges, d'Olivet.
XVIe s.
Ceste maniere de bannissement à temps, qui s'appelle ostracisme, n'estoit point punition d'aucune forfaicture, ains estoit comme un contentement et une allegeance de l'envie de la commune, laquelle prenoit plaisir à rabattre et rabaisser ceulx qui luy sembloient trop exceder en grandeur , AMYOT , Thémist.
Terme dérivé du mot grec signifiant tesson, sur lequel les Athéniens écrivaient leur suffrage.