ORNEMENT

Prononciation : or-ne-man
Nature : s. m.

1Ce qui orne, ce qui sert à orner.
Grand prince, en attendant vos ornements royaux, Recevez, s'il vous plaît, quelques rares joyaux , MAIRET , Soliman, V, 4
Cette femme ambitieuse et vaine croit valoir beaucoup quand elle s'est chargée d'or, de pierreries et de mille autres vains ornements , BOSSUET , la Vallière.
L'âme regarde ensuite le corps auquel elle est unie ; elle le voit revêtu de mille ornements étrangers ; elle en a honte, parce qu'elle voit que ces ornements empruntés sont un piége et pour les autres et pour elle-même , BOSSUET , ib.
Seigneur, dit-elle, pour prévenir votre colère, je commencerai moi-même à m'en dépouiller [d'une vaine parure] ; entrons dans un état où il n'y ait plus d'ornement que celui de la vertu , BOSSUET , ib.
Je ferai tomber leurs cheveux, je détruirai et les colliers et les bracelets.... car le Saint-Esprit a voulu descendre dans un dénombrement exact de tous les ornements de la vanité, s'attachant pour ainsi parler, à suivre par sa vengeance toutes les diverses parures qu'une vaine curiosité a inventées , BOSSUET , ib.
Les mains industrieusement occupées s'exerçaient dans des ouvrages dont la piété avait donné le dessin : c'était ou des habits pour les pauvres, ou des ornements pour les autels , BOSSUET , Anne de Gonz.
Les obélisques font le principal ornement de Rome , BOSSUET , Hist. III, 3
Telle qu'une bergère, aux plus beaux jours de fête, De superbes rubis ne charge point sa tête, Et, sans mêler à l'or l'éclat des diamants, Cueille en un champ voisin ses plus beaux ornements , BOILEAU , Art p. II
Que ces vains ornements, que ces voiles me pèsent ! , RAC. , Phèdre, I, 3
Arrachons, déchirons tous ces vains ornements , RAC. , Esth. I, 5
Les maisons y sont propres, commodes, riantes, mais sans ornements ; la superbe architecture n'y est pas ignorée, mais elle est réservée pour les temples des dieux , FÉN. , Tél. V Fig.
D'un insolent discours ce juste châtiment [un soufflet] Ne lui servira pas d'un petit ornement , CORN. , Cid, I, 6
2Il se dit des figures de caprice, fleurons, rosaces, festons, etc. qu'on emploie pour orner. La peinture, la sculpture d'ornements. Un recueil d'ornements. Ce serrurier exécute très bien les ornements. 3Particulièrement, en architecture et en menuiserie, il se dit des sculptures, moulures, etc. qui servent à orner les différentes parties d'un bâtiment ou d'une boiserie. Une façade chargée d'ornements. Une boiserie nue et sans ornements.
Simple en était la noble architecture [du temple] ; Chaque ornement, à sa place arrêté, Y semblait mis par la nécessité , VOLT. , Temple du Goût. Les ornements, l'architrave, la frise et la corniche. Ornement courant, tout ornement qui se répète dans une frise ou une moulure. Les entrelacs, les rinceaux, les oves sont des ornements courants.
4Peinture qui, dans une galerie où est représenté un sujet principal, sert d'accompagnement à ce sujet. Un peintre d'ornements. 5Terme de blason. Il se dit de tout ce qui est hors de l'écu, comme les timbres, les bourrelets, les cimiers, etc. 6Au plur. Ornements, habits sacerdotaux et autres dont on se sert pour l'office divin dans le culte catholique, et qui comprennent plusieurs pièces différentes, comme la chasuble, l'étole. Ornements pontificaux. Le prêtre revêtu de ses ornements. Au sing. Il se dit de plusieurs pièces d'une même couleur ou d'une même parure, qui font assortiment et qui comprennent les habits sacerdotaux et les devants d'autel. Un ornement blanc. Un ornement rouge. Un bel ornement. Au plur. Il signifie plusieurs assortiments de cette nature. Cette sacristie renferme plusieurs beaux ornements. 7Terme de musique.
Ornement, notes d'agrément qu'on exprimait autrefois, dans la notation dite neumatique, par les lettres de l'alphabet, la plique, la réverbération, les fleurs, le trille, etc. M. Danjou parle, en plusieurs endroits de sa Revue de musique religieuse, des ornements du chant ; il dit, année 1848, p. 82, que les signes simples et composés de la notation en neumes, même les signes d'ornements, étaient placés sur des lignes.... , D'ORTIGUE , Dict. de pl.- ch. au mot ornement Aujourd'hui, notes d'ornement, celles qui, écrites en petites notes, ne comptent pas dans la mesure, et pourraient à la rigueur être supprimées ; il est toujours préférable de les écrire en notes réelles, et bon nombre de compositeurs ont fini par prendre ce parti.
8Ce qui fait honneur à.
Cette rare beauté qu'en ces lieux même on prise, Qui fait de ces cantons le plus digne ornement , CORN. , le Ment. V, 1
Un saint abbé dont la doctrine et la vie sont un ornement de notre siècle , BOSSUET , Anne de Gonz.
Quand il [Dieu] a fait, dans ses ennemis aussi bien que dans ses serviteurs, ces belles lumières d'esprit, ces rayons de son intelligence, ces images de sa bonté, ce n'est pas pour les rendre heureux qu'il leur a fait ces riches présents, c'est une décoration de l'univers, c'est un ornement du siècle présent , BOSSUET , Louis de Bourbon.
On l'appelle à la cour d'une grande reine [Marie de Médicis] pour en être un des principaux ornements , FLÉCH. , Mme d'Aiguillon.
Ce fut là [à l'hôtel de Rambouillet] que, tout enfant qu'elle était, elle se fit admirer de ceux qui étaient eux-mêmes l'ornement et l'admiration de leur siècle , FLÉCH. , Mme de Mont.
Les hommes qui ont été l'ornement de leur siècle , FÉN. , Tél. XIX.
9Terme de littérature. Figures, forme de style qui servent à embellir le discours.
Tous [les anciens fabulistes] ont fui l'ornement et le trop d'étendue , LA FONT. , Fabl. VI, 2
Je voudrais bien que vous eussiez donné au nôtre [nom] tous les ornements que vous lui deviez donner , SÉV. , à Bussy, 8 avr. 1681
N'attendez pas, chrétiens, que j'applique au P. Bourgoing des ornements étrangers, ni que j'aille rechercher bien loin sa noblesse dans sa naissance, sa gloire dans ses ancêtres, ses titres dans l'antiquité de sa famille , BOSSUET , Bourgoing.
On appelle ornement en matière d'éloquence certains tours, certaines manières qui contribuent à rendre le discours plus agréable, plus insinuant et même plus persuasif , ROLLIN , Traité des Ét. III, 3
XIe s.
[Elle] Vint en la cambre, plaine de marrement [tristesse] ; Si la despeiret [lisez despeicet ?] que n'i remest nient ; N'i remest [reste] palie [manteau] ne nessun ornement , St Alexis, XXVIII
XIIe s.
Tuz ses ornemenz sont pris , Machab. I, 2
XIIIe s.
Amistiez est uns loables ornemenz entre ceus qui ensemble conversent , BRUN. LATINI , Trésor, p. 312
XVIe s.
Accoustre et cein sur ta robuste cuisse Ton glaive aigu, qui est la resplandeur Et l'ornement de royalle grandeur , MAROT , IV, 287
Prov. ornament, ornamen ; espagn. et ital. ornamento ; du lat. ornamentum, de ornare, orner.