ORME

Prononciation : or-m'
Nature : s. m.

1Grand arbre de la famille des ulmacées ou celtidées, démembrement de la famille des urticées ; on y distingue : l'orme à larges feuilles, comprenant l'orme ypréau, l'orme teille, l'orme maculé, l'orme noir, l'orme gras, dit d'Avignon par quelques pépiniéristes, l'orme de Trianon, l'orme folliculacé ; l'orme à feuilles moyennes, renfermant l'orme franc, l'orme tortillard ; l'orme à petites feuilles, où se trouvent l'orme pyramidal, l'orme glabre et l'ormille, LEGOARANT.
L'orme produit chaque année plus de trois cent mille graines, et cette étonnante multiplication peut continuer pendant plus d'un siècle , BONNET , Contempl. nat. t. VIII, p. 384, dans POUGENS
Les chênes, les sapins et les ormes épais En utiles rameaux ombragent tes sommets , A. CHÉN. , Hymne à la France. Juges de dessous l'orme, petits juges de village qui n'avaient point de tribunal et qui jugeaient devant la porte du manoir seigneurial, sous les ormes qui s'y trouvaient d'ordinaire. Par extension. Attendre sous l'orme, être confiant en sa cause (sens aujourd'hui inusité, et qui dérive directement de l'ancienne habitude de plaider sous l'orme).
Le cardinal Petrucci les attend sous l'orme [les juges de l'inquisition], et ils n'osent l'attaquer, parce qu'il a de l'esprit et du savoir, joints à une grande dignité , CORBINELLI , dans SÉV. t. VIII, p. 138, éd. RÉGNIER
Fig. Attendez-moi sous l'orme, se dit quand on donne un rendez-vous auquel on n'a pas dessein de se trouver (l'origine de ce dicton vient de ce que les justices seigneuriales se tenaient généralement aux portes des châteaux et palais, sous un orme qui y était planté ; il arrivait souvent que les parties assignées manquaient aux rendez-vous et se faisaient attendre sous l'orme).
Attendez-moi sous l'orme, Vous m'attendrez longtemps , REGNARD , Attendez-moi sous l'orme, SC. 22
Seigneur don Raphaël, m'écriai-je en riant, dites-nous plutôt de vous attendre sous l'orme , LESAGE , Gil Bl. VI, 2
2Orme à trois feuilles, nom impropre donné à la ptélée trifoliée (térébinthacées), de Linné, appelée encore frêne à trois feuilles, et orme de Samarie. Orme d'Amérique, nom impropre de la gazume ulmifoliée (byttnériacées), dite aussi bois d'orme. Orme polygame, nom sous lequel on a décrit d'abord la planère polygame (ulmacées) ; orme de Sibérie, la planère crénelée. XIIe s.
Il descendi à l'orme desor la vis [escalier] , Gerard de Ross. p. 333
XIIIe s.
Cum ele s'en desent [descend] par la vée [voie] de l'oume Gaidon vers la maison Willaume.... , Bibl. des chart. 3e série, t. V, p. 85
Contre la vigne estrive [lutte] l'orme, Et li tolt [ôte] du roisin la forme , la Rose, 5995
XVe s.
Je vy que chascun vous vouloit Avoir pour gagner sa querelle ; Maintenant chacun vous appelle Partout avocat dessouz l'orme , Patelin, 10
Notaire en parchemin de corne, Et grant advocat dessoubz l'orme, Juré sans reigle ne sans norme , COQUILLART , Enquête de la simple
XVIe s.
Visitant sous oulmes et chesnes Voir si quelque nid ou couvée Seroit point par elle trouvée , ST-GEL. , 45
L'enorme concussion que voions hui entre ces juges pedanées sous l'orme , RAB. , Pant. IV, 16
Norm. ourme, ourmet ; provenç. olm, olme ; espagn. et ital. olmo ; du lat. ulmus ; comparez l'anc. haut-allem. elm ; anc. scand. almr. Pictet compare le sanscrit ulmuka, tison, de ul, brûler. L'orme était affecté à la justice ; il était planté sur la motte seigneuriale, et c'était sous son ombrage qu'à la campagne se plaidaient les affaires.