ORFRAIE

Prononciation : or-frê
Nature : s. f.

Oiseau de proie nommé aussi aigle de mer et aigle barbu ; c'est le pygargue orfraie, haliaetus nisus, Savigny, falco ossifragus, Gmelin, famille des faucons.
Il semble qu'on entend les hurlements des loups, La plainte de l'orfraie et le cri des hiboux , BRÉBEUF , Pharsale, VI
Le grand aigle de mer, qui s'éloigne encore plus de l'espèce [des aigles], et que, par cette raison, j'appellerai orfraie, de son vieux nom français , BUFF. , Ois. t. I, p. 102
Le duc, la chevêche et l'orfraie faisaient entendre leurs cris dans les fentes de la montagne ; quelques petits oiseaux rares mais familiers tempéraient l'horreur de cette solitude , J. J. ROUSS. , Prom. 7 Fig.
Ce n'est pas un des cygnes de nos canaux, c'est une orfraie de nos cimetières , BALZ. , le Barbon.
On l'a fait masculin : Où le funeste orfraye et le hibou se perchent, THÉOPHILE, Oeuvres, 1re partie, p. 221, dans LACURNE. XVIe s.
Qu'il n'y ait que serpens, qu'orfrayes et corbeaux, Huppes et chahuans, et les tristes oyseaux , R. BELLEAU , Bergeries, t. I, p. 112, dans LACURNE
Dit pour osfraie (angl. osprey), du lat. ossifragus, qui brise les os, de os, os, et frangere, briser ; ital. ossifrago.