OPULENCE

Prononciation : o-pu-lan-s'
Nature : s. f.

Abondance de biens, grandes richesses.
Oh ! que si cet hiver un rhume salutaire, Guérissant de tous maux mon avare beau-père, Pouvait, bien confessé, l'étendre en un cercueil, Et remplir sa maison d'un agréable deuil ! Que mon âme, en ce jour de joie et d'opulence, D'un superbe convoi plaindrait peu la dépense ! , BOILEAU , Ép. V
Mes richesses des rois égalent l'opulence , RAC. , Esth. II, 1
Quelle gloire ajoutée à la liberté et à l'opulence des Phéniciens ! , FÉN. , Tél. III
Jamais dans une monarchie l'opulence d'un particulier ne peut le mettre au-dessus du prince ; mais dans une république elle peut aisément le mettre au-dessus des lois , J. J. ROUSS. , Lett. à d'Alemb.
L'opulence brillait dans la maison de Philoclès ; une sagesse éclairée en avait si bien réglé l'usage, qu'elle semblait avoir tout accordé au besoin, et tout refusé au caprice , BARTHÉL. , Anach. ch. 76
XVIe s.
Camillus, voyant du hault du chasteau comme les Romains pilloient et saccageoient une opulence infinie qu'il y avoit dedans la ville, s'en prit à pleurer de pitié , AMYOT , Cam. 11
Provenç. et esp. opulencia ; ital. opulenza ; du lat opulentia, de opes, richesses, ops, la terre, mots que l'on rapproche du terme grec qui signifie richesse, et du sanscrit apnas, revenu, possession.