OPTIMISME

Prononciation : o-pti-mi-sm'
Nature : s. m.

1Système de philosophie où l'on enseigne que Dieu a fait les choses suivant la perfection de ses idées, c'est-à-dire le mieux, et que le monde est le meilleur des mondes possibles.
L'optimisme de Platon, renouvelé par Shaftesbury, Bolingbroke, Leibnitz, et chanté par Pope en beaux vers, est peut-être un système faux ; mais ce n'est pas assurément un système impie, comme des calomniateurs l'ont dit , VOLT. , 3e disc. Candide ou l'Optimisme, conte de Voltaire, où il réfute l'optimisme.
Qu'est-ce qu'optimisme ? disait Cacambo. - Hélas ! dit Candide, c'est la rage de soutenir que tout est bien quand on est mal , VOLT. , Candide, 19
Il [Leibnitz] est le fondateur de l'optimisme , DIDER. , Opin. des anc. philos. Leibnitzianisme.
Il [Sénèque] expose [Lettre LXV : Dieu a fait le monde le meilleur possible] les opinions de Platon, d'Aristote et des stoïciens sur le monde : on voit ici que le système de l'optimisme n'est pas d'hier , DIDER. , Claude et Nér. II, 21
Le trouble de nos coeurs s'oppose à l'optimisme ; Le cri des malheureux en détruit le sophisme , BERNIS , Relig. vengée, V
2Se dit, dans le langage ordinaire, d'une tendance à voir tout en beau, surtout en fait de politique.
Un tel optimisme, à parler franchement, ressemble à l'égoïsme , COLLIN D'HARLEVILLE , Optimiste, II, 7
Lat. optimus, très bon (voy. OPTIMÈ).