OPPRESSEUR

Prononciation : o-prè-seur
Nature : s. m.

1Celui qui opprime.
C'est d'Israël le superbe oppresseur , RAC. , Esth. III, 3
Enfin de ma maison le perfide oppresseur, Jéhu, le fier Jéhu tremble dans Samarie , RAC. , Ath. II, 5
Si elle [la puissance de juger] était jointe à la puissance exécutrice, le juge pourrait avoir la force d'un oppresseur , MONTESQ. , Espr. XI, 6
Orbassan ! l'ennemi, l'oppresseur de Tancrède , VOLT. , Tancr. III, 1
Les lois cruelles contre les oppresseurs sont les plus douces pour la société , DUCLOS , Consid. moeurs, 5
2Adj. m. Gouvernement oppresseur.
La ville de Londres ouvrit enfin les yeux, mais trop tard et trop inutilement, sur tant de malheurs : elle voyait un parlement oppresseur opprimé par l'armée , VOLT. , Moeurs, 180
Il est singulier que oppresser ait perdu le sens d'opprimer, tandis que oppresseur l'a gardé, et même à l'exclusion de tout autre, XVIe s.
Les povres gardera d'oppresse, Reboutant l'oppresseur , MAROT , IV, 297
Oppresseurs de leurs ennemis, sauveurs de leurs parents , AMYOT , Thés. et Rom. comp. 4
Lat. oppressorem, de oppressum, supin de opprimere, de ob, et premere, presser.