OPPOSANT, ANTE

Prononciation : o-pô-zan, zan-t'
Nature : adj.

1Terme d'anatomie. Qui met en opposition ou en face. Substantivement. L'opposant du petit doigt, muscle situé dans l'éminence hypothénar ; l'opposant du pouce, muscle situé dans l'éminence thénar. 2Par extension, qui s'oppose à. Il est opposant à cette mesure. Substantivement. Celui qui s'oppose à une personne.
Le poste où est son opposant est si considérable que je crains pour lui qu'il ne fasse revenir bien des voix , CORN. , Lettre à l'abbé de Pure, 12 mars 1659
Comme s'il cherchait à prendre plutôt le tour d'esprit de ses opposants, pour les ramener à la raison, que le langage de la raison pour les convaincre , J. J. ROUSS. , Polysynodie, Jugt.
Celui qui s'oppose à une chose. Il y a eu plusieurs opposants à cette résolution.
Le ministère avait peine à suffire aux lettres de cachet qui envoyaient en prison ou en exil les opposants , VOLT. , Louis XIV, 87
L'intérêt commun trouve des opposants , J. J. ROUSS. , Contr. IV, 1
3Terme de procédure. Qui s'oppose suivant les formes à un jugement. Elle a été reçue opposante. Se rendre opposant à un acte, faire connaître d'une manière authentique qu'on n'acquiesce pas à cet acte, ou qu'on a le moyen de l'empêcher ou de l'annuler. Se rendre opposant à un jugement par défaut, à un mariage. 4Dans les assemblées parlementaires, qui est dans l'opposition, qui combat le ministère. Le parti opposant. La minorité opposante. Substantivement. Il y a peu d'opposants dans cette assemblée.