opiniatrete

Prononciation : o-pi-ni-â-tre-té
Nature : s. f.

1Trop grand attachement à son opinion, à sa volonté.
L'opiniâtreté, directement opposée à la flexibilité, qui de toutes les qualités est la plus nécessaire pour le maniement des grandes affaires , RETZ , Mém. t. I, liv. II, p. 200, dans POUGENS
Vous avez une civile opiniâtreté qui me fait venir tout doucement à tout ce qu'il vous plaît , MOL. , Bourg. gent. III, 18
Je comprends votre tristesse de la mort de ce jeune chanoine.... je vois, comme vous, la Providence marquée dans l'opiniâtreté de ne lui pas donner ce qui le pouvait guérir , SÉV. , 12 oct. 1677
On ne peut point penser comme vous faites, sans être bien armé et bien fortifié contre les cruelles opiniâtretés de la mauvaise fortune , SÉV. , à Bussy, 28 août 1680
On plaint l'erreur, on hait l'opiniâtreté ; donnez la préférence à vos raisons, à la bonne heure, mais sachez que ceux qui ne s'y rendent pas, ont les leurs , J. J. ROUSS. , Lett. à l'archevêque.
2Fermeté, constance. L'opiniâtreté de la défense lassa les assaillants. L'opiniâtreté du travail. XVIe s.
Agesilaus, par une opiniastreté de vouloir monstrer sa prouesse, et par une ardeur de courage.... , AMYOT , Agésil. 27
C'estoit pour une particuliere rancune et opiniastreté, qu'il cherchoit à perdre et ruiner les Thebains , AMYOT , Agésil. 44
Opiniâtre. Au XVIe siècle, on disait opiniastrie et opiniastrise.