ONCE

Prononciation : on-s'
Nature : s. f.

1Ancien poids qui était d'abord la douzième partie de la livre romaine ; il était restée la douzième partie de la livre de Lyon et du midi de la France ; il était la seizième partie de la livre de Paris. Une demi-once. Une once et demie.
M. de Réaumur avait prouvé que l'once d'or pouvait fournir un fil qui égalait en longueur quatre cent quarante-quatre lieues , BONNET , Consid. corps organ. t. V, p. 205, dans POUGENS Les orfévres divisaient l'once en vingt esterlins, chaque esterlin en deux mailles, chaque maille en deux félins, et chaque félin en sept grains et un cinquième. On appelle perles à l'once, des semences de perles ou des perles fort menues, qui s'achètent au poids, les autres s'appellent perles de compte.
2Familièrement. Once se dit pour petite quantité.
Tant et tant fut.... Dit d'oraisons, qu'on vit du purgatoire L'âme sortir, légère et n'ayant pas Once de chair , LA FONT. , Fér.
Vous avez surtout un homme pâle et livide, qui n'a pas sur soi dix onces de chair , LA BRUY. , XII Fig. Il n'a pas une once de sens commun, d'esprit, de jugement, il en est complétement dénué.
Il n'a pas seulement une once de raison , BARON , École des pères, III, 6
Ne pas peser une once, être très léger, et aussi avoir un grand contentement qui fait qu'on semble léger.
[Dans un tableau] l'ange qui s'élance des pieds de la Religion.... est d'une légèreté, d'une grâce, d'une élégance incroyables ; il a les ailes déployées, il vole, il ne pèse pas une once , DIDER. , Salon de 1767, t. IX, p. 55, éd. 1821
Comme j'étais content ! je ne pesais pas une once , THÉOD. , LECLERCQ, Proverb. t. I, p. 153, dans POUGENS
3Nom de plusieurs valeurs monétaires.
Sétoc commença par redemander cinq cents onces d'argent à un Hébreu, auquel il les avait prêtées en présence de deux témoins , VOLT. , Zadig, 10 Once d'or, monnaie courante en plusieurs pays, valant 85 fr. en Espagne, où on l'appelle aussi quadruple, 13 fr. à Naples, 86 fr. au Mexique, 92 fr. à la Havane, etc.
Clément IV ne donna l'investiture à Charles d'Anjou qu'à condition qu'il payerait 3000 onces d'or au saint-siége , VOLT. , Moeurs, 61
4Dans l'ancienne Rome, la douzième partie d'une chose. Aujourd'hui, à Rome, une certaine partie du pouce d'eau des fontainiers.
Six expériences que j'ai faites avec M. Vici, directeur des eaux de Rome, et desquelles j'ai conclu que l'once d'eau de Trevi donnait un produit de 41, 16 mètres cubes, en vingt-quatre heures , PRONY , Institut. Mém. scienc. 1817, t. II, p. 414
Rapport du pouce de fontainier avec l'once d'eau romaine , PRONY , ib. p. 413
XIIe s.
E li fers de sa [de Goliath] lance [pesait] treis cenz unces , Rois, p. 203
XIIIe s.
Nus [nul] du mestier devant dit ne puet ne ne doit batre ne faire batre argent que en chascune bateure de xxv onces d'argent n'ait x estellins d'or au mains [moins] , Liv. des mét. 75
XVe s.
Et si ne vault pas mieux une once L'autre : deux folz sont sans cervelle , Patelin
XVIe s.
Pour estre dite leyau [légale], la ditte playe doit avoir de longueur et incision une once de poulce, qui est la cinquieme partie du pan de cane , Coust. génér. t. II, p. 694
Picard, onche ; provenç. onsa ; cat. unsa ; espagn. onza ; ital. oncia ; du lat. uncia, mot sicilien. 1. ONCE. Ajoutez : - REM. D'après l'Annuaire du Bureau des longitudes, l'once d'Espagne ou quadruple a valu 83 fr. 93 c. de 1772 à 1786 ; mais, depuis 1786, elle ne vaut plus que 81 fr. 50 c. 1Nom vulgaire et spécifique du chat once, dit aussi jaguar, et panthère des fourreurs. 2Le chat pard a été appelé once par Buffon (qui a fait ce mot masculin).
L'once diffère de la panthère, en ce qu'il est bien plus petit, qu'il a la queue beaucoup plus longue, le poil plus long aussi et d'une couleur grise ou blanchâtre , BUFF. , Quadrup. t. III, p. 266
Ils conviennent tous que l'once s'apprivoise aisément, qu'on le dresse à la chasse, et qu'on s'en sert à cet usage en Perse et dans plusieurs autres provinces de l'Asie , BUFF. , ib. p. 277
XIIIe s.
La chose gist sor tel endroit, Que chascune beste voudroit Que venist l'once , RUTEB. , 202
XVe s.
Aussitost c'once oeil euvre et clost , Myst. de Barl. et Josaphat, dans Gui de Cambrai, p. 415
XVIe s.
Pour la quelle trahison feut par Cerès transformé en oince ou loup cervier , RAB. , Pant. III, 48
Aux gardes des lyons, onses, dogues et autres animaux estranges, la somme de quatre-vingt mil livres.... , FROUMENTEAU , Finances, 1er livre, p. 27
Des onces mouchettez d'estoiles sur le dos, Onces à l'oeil subtil, au pié souple et dispos, Au mufle herissé de deux longues moustaches , R. BELLEAU , Poésies, t. I, p. 18, dans POUGENS
Esp. et port. onza ; ital. lonza ; d'après Quatremère, du persan youz, l'once, le léopard chasseur ; selon Chevallet, du latin lyncem, par aphérèse de l'l, conservée dans l'italien lonza. Mais l'l s'est bien plutôt agglutinée par l'article dans l'italien, qu'elle ne s'est perdue dans l'espagnol et le français.